chevaux 4Quatre cavaliers de l'Apocalypse, comme je les percevais, et la démonstration des limites du système électoral tel qu'il est qui en résulte. J'étais contre le principe des primaires et j'avais raison : il a accouché de canards boiteux. Le reste résulte du traitement inégal des médias en fonction de l'importance qu'ils accordent aux candidats. A leurs yeux, seuls ceux qui ont des financiers derrière eux valent quelque chose. D'où un quarteron de pignoufs emplumés ; le reste résulte de la haine au quotidien qui nourrit les esprits depuis des années pour les uns, et du consumérisme comme religion pour les autres.
Dans un de mes derniers post, il y a déjà quelques jours, je ne sais plus lequel, je disais que ce n'était plus dans les urnes qu'était le combat ; ce qu'il fallait c'était défasciser les esprits, dans la rue, au travail, au magasin, au café, dans la relation humaine immédiate. La stratégie des grosses manifs de rue par ailleurs s'est complètement viandée. J'étais à Strasbourg, y'a 20 ans ; la plus grosse qu'on ait connue, européenne... Bon, ben voila quoi... J'ai 40 piges de résistance à cet état qui a gangrené les esprits, qui est là même chez des qui n'ont pas voté Le Pen ; il est là aussi chez les macronistes purs et durs ; sans compter, comme je l'ai écrit sur mes blogs, ces relents transhumanistes qui veulent réduire l'homme à l'état de chose, de simple rouage d'une machine infernale, à coups d'OGM, de bionique, et de spéculations boursières. On y est.

Capture 20 h 7 mai_B

Dans mes deniers papiers je parlais de « triangle des Bermudes »... Il est quand même marrant de constater qu'étant Sagittaire et Lion, nos deux finalistes constituent ce qu'on appelle en astrologie un trigone, soit le coté d'un triangle constitué de trois signes cardinaux. Marrant ? Pas tant que ça... Mais je ne vais pas approfondir plus avant.
Le destin du pays est scellé. Je le disais, je le savais depuis longtemps. J'ai tout de même voté ; je disais que je ne savais pas ce que je ferais, c'était de l'intox pour brouiller les pistes ! La réalité est que je vote toujours pour mes convictions qui n'ont rien à voir avec le destin du pays. Comme Jaurès en somme : je pourrais savoir le pays à quelques heures de la guerre, je continuerais à soutenir la paix. Vous comprenez ?
Donc, au prochain (prochiant) tour je me déplacerai. Cette fois ci je ne vais pas maquiller la vérité : vous vous croyez dans le piège de 2002, mais il est bien pire !Les loups s'entendrons sur le dos des agneaux sur fond d'émeutes et de faillites...

la mouise

Ci-dessus, ce que j'ai publié la veille du pemier tour.
Et je ne veux ni d'une société ni de l'autre... En conséquence, et puisque je ne suis pas sodomite, je voterais blanc ; mon combat sera dans la rue, au quotidien, comme en matière d'écologie.
Ça a peu d'espoir, mais c'est juste histoire de mourir debout avec mes convictions.
Les grandes manifs de rues, infiltrées par de pseudo-antifascistes qui mettent le feu aux bagnoles, cassent les vitrines, ne feront qu'envenimer la situation.
Il y aura en principe des législatives ; le devoir de tout citoyen honnête est d'y participer pour tenter de rééquilibrer les choses.
Je dis tenter, parce qu'il aura peu de pouvoir le parlement face à des gens qui ont l'intention de le court-circuiter par des décrets et des référendums dont la seule vertu, pour ces deniers, sera d'exacerber les passions ; et donc foutre le pays à feu et à sang.

resultat1

resultat 2

J'ai mis sur FB plusieurs dessins avant la publication des résultats qui en disait long sur ma vision du destin... (ci-dessus)

Marianne fais gaffe_3

marianne fait gaffe

Par contre, ces deux là ont pour l'un plusieurs jours et le second plusieurs semaines, parus sur FB je crois.
Je parachève brièvement ce regard pendant que je peux encore publier. « On » m'a fait grâce jusqu'ici parce que ce « on » espère des dispositions plus contraignantes afin de m'éliminer du circuit. Le temps des démerdes est fini... Dans quelques temps, faute de pognon, je disparaitrais des écrans radars. Faute de santé, je n'y survivrais pas. Je suis prêt.
40 ans de prises de position contre des idées à la con n'ont servi à rien. Normal mon général, c'est le destin. Tout est écrit depuis longtemps ; depuis qu'on s'est gouré de route en matière sociale, économique, industrielle, écologique. On n'a pas arrêté de persister et signer. Chaque pas fait des dégâts collatéraux.

1848_2

Comme "par hasard", ce 23 avril était un anniversaire...
Nous venons de franchir le seuil d'une nouvelle ère... Je suis bien content d'être vieux et malade, je n'y resterai pas trop longtemps. Ce qui est dommage c'est de souffrir. Bonne chance... Je voudrais y croire...
Le scénario actuel, je le coyais même arriver plus vite ! Je le pensais dès 2001 et j'avais peur qu'il s'amorce dès 2003 ; dans ce scénar, dont je voyais des perspectives plus larges puisque j'y parlais aussi de la Grèce et des USA, je l'ai décrit en novembre 2001 à Yourgos Sifakis, un psychologue Grec vivant en France... Lui aussi a cru que je délirais. Avec moins de détails j'en ai parlé à d'autres... Je puis donner des dates, des noms... Alors vos pièges à cons, gardez les vous. Je soutiendrai mes idées tant que je pourrai, tout en sachant le vent contraire... Mais je me dis à l'instant que continuer à écrire ne servira pas à grand chose... Au fond je ferais mieux de décrocher de la toile et aller faire la manche pour survivre, de manière plus intense que maintenant puisque dans mon état de santé je n'ai aucune chance de retrouver un travail ; si on y ajoute la perspective politique, autant prendre une corde, tiens !

Guy Gilbert_2