CANDIDATS 4Les cavaliers de l'apocalypse 2017 sont cinq comme les trois mousquetaires étaient quatre... Il se pourrait qu'un sixième larron sorte de derrière les fagots jetant le trouble dans la foire, et crée l'émiettement qui conduira à la mauvaise passe. Et tandis que les chrétiens veillent l'attente de Pâques, les idiots utiles des sectes politiques entament leurs dernières veillées d'armes.
J'ai vu de vraies gamineries. Des affiches lacérées, à demi arrachées, les lambeaux éparpillés au sol. Conjuration qui confine à la superstition et risquerait même de produire le contraire de l'effet escompté.
Il fut un temps où j'arrachais les affiches, dans mes jeunes années. Mais c'était du travail propre et organisé. Je ne laissais rien sur place. D'ailleurs ça demandait autrement de courage ! Seul ou avec des potes, on suivait l'équipe de collage et on les enlevait fraîches pour être sûrs de pas laisser de traces et dégâts, et on les emmenait. Oh, y'a eu parfois des retombées collatérales désagréables... Ça s'est fini en courses poursuites périlleuses ou en affrontements virils, mais bon, c'était les risques du métier d’imbécile... Le jour où j'ai compris la puérilité de la chose, j'ai arrêté.
Aujourd'hui, le feu gronde dans l'âtre sous les cendres d'une Marianne agonisante.
C'est le plus mauvais scénario qu'on ait depuis 60 ans ; j'en vois pas un pour rattraper l'autre, chacun dans sa spécificité.
Combien de chrétiens comprendront qu'un poisson zodiacal n'est pas celui du Christ ? Et qu'une flamme tricolore celle du cierge pascal ? C'en est même l'antithèse !
Il n'y a pas d'agneau dans cette horde de loups.
Le citoyen lambda ; plus consommateur que citoyen d'ailleurs, de nos jours ; agit selon son humeur, ses ressentiments et ses craintes personnelles. Ce qui est bien loin de la « sagesse populaire » tant vantée par certains, comme Montesquieu qui disait : « J'aime les paysans ; ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers ». Ils ont tant raisonné juste, qu'ils se sont laissés embrigader dans une agriculture industrielle qui aujourd'hui les assassine ! Mais c'est un autre débat. N'empêche que c'est symptomatique. Le troupeau se jette régulièrement dans les bras d'un « sauveur providentiel » plutôt que changer la vie au quotidien.

 

Hirondelle 2017

Une hirondelle ne fait pas plus le printemps qu'un martinet ne fait l'été. De même un élu ne peut créer une nouvelle société à lui seul.
Le « sauveur » vous dit qu'il va tout arranger, et pense d'abord à son prestige, ses émoluments confortables, et sa retraite dorée. Dans quelques jours, c'est quatre présidents au chômedu que nous aurons à entretenir royalement avec nos impôts ! Quel parlement abolira ces prébendes dignes des privilèges des charges d'ancien régime ?
Quel que soit le résultat final électoral, il faudra vivre avec. Il ne changera que nos charges et nos droits, mais ne changera pas la vie.
La paix sociale dépend d'abord de nos efforts au quotidien, dans la vie ordinaire. Au travail, au café, dans la rue ou au supermarché. La fraternité ça se conjugue ici et maintenant, entre nous.
Ce n'est pas une question seulement de pouvoir.
Aucun candidat ne donnera le « pouvoir au peuple », ce n'est pas vrai.
Le pouvoir au peuple ce serait installer dans le concret les idées de Proudhon, Bakounine ou Reclus. On est loin de cette réalité potentielle.
La compassion, la fraternité, dans le concret, peuvent se pratiquer sans attendre, ici et maintenant.
Ce sont les Chrétiens François d'Assise, Saint Vincent de Paul, Joseph Wresinski, par exemple, ou l'Anarchiste Louis Lecoin...
Le peuple n'a pas le pouvoir, mais il a le pouvoir d'agir sur l'immédiat quotidien. Faites comme Ulysse ; attachez-vous au mât plutôt que vous boucher les oreilles. Peut-être alors pourrons nous éviter le naufrage... Peut-être.
Il vous appartient de le faire ou pas, c'est votre choix. Perso, je braillerai la même idée tant que je pourrai piauler. Je me suis bourré d'antalgiques rien que pour pouvoir vous le dire, fauché et malade que je suis... Prenez cette flamme et portez la partout. Pas celle du FN ou des radicaux de tous bords qui veulent faire le bonheur des gens malgré eux. La flamme de la fraternité ; celle de l'amour peut-être même. Là est la flamme du cierge pascal, pas ailleurs !
Le pouvoir « au peuple », c'est d'abord le pouvoir du peuple de changer les rapports humains au quotidien.
Allô papa tango Charlie, nous avons cap sur le triangle des Bermudes où se noieront les Charlot tandis qu'éructeront les chevaliers de la haine, la vindicte aux lèvres.
Un triangle qui ne sera pas celui consacré du Père du Fils et du Saint Esprit, mais plutôt le dévoiement d'une équerre qui, au lieu de délimiter l'espace au carré, nous jettera dans un tourbillon fou.
Il y a déjà quelques années que je me dis qu'il n'y a de salut qu'intérieur, dans le silence des passions, dans l'écoute de l'écho de la Conscience. Je crois qu'on y est... Joyeuses Pâques les poteaux...

 

mimou2

marianne prends garde 0811_B