CROBARDURES

15 août 2016

Bonne Fete de l'Assomption

rayonnement _6Marre des complochiottes qu'ont tout vu qui savent tout qu'on percé tous les secrets de la princesse et qui voient des fachos dans chaque opinion qui ne brosse pas l'ordre imposé dans le sens du poil ; j'en ai marre aussi de tous ceux qui vont chercher des explications alambiquées à tout au prétexte de tout sans même pouvoir prouver quoi que ce soit. J'en ai marre aussi qu'on voit dans chaque musulman un terroriste, dans chaque chrétien un facho, dans chaque écolo un gauchiste, et pendant ce temps là la planète crève. J'en ai marre qu'on stigmatise les gens pour une croix ou un chiffon. J'en ai marre de vos pseudo-chemtrails qui détournent les gens de la vraie pollution aérienne ; parce qu'un avion ça pollue par nature même, y'a pas besoin de chemtrail ! Dans les années 70 on s'en souciait, maintenant personne en cause, personne ! Et le trafic aérien s'est multiplié par dix mille entre mon enfance (années 50-60) et maintenant.
Vous ne croyez pas en Dieu, mais aux soucoupes volantes ; comme si nous étions la cible du Cosmos tout entier ! J'en ai marre de vos crop-circles bidons que n'importe quel imbécile peut créer sur photoshop, ou même sur place avec une planche et une corde.
J'en ai marre des élucubrations délirantes en tout genre qui détournent les esprits de l'ordre naturel des choses, quitte à falsifier et interpréter des résultats scientifiques qui disent exactement le contraire de ce qu'on leur fait dire !
J'en ai marre de la confusion et du relativisme qui ont dissous ce qui fit l'ossature des valeurs de l'humanité qui constituèrent les repères sur lesquels je m'appuyais.

cerveau bleu 4

Bien sûr, je sais comme tout le monde que les statues de l’Île de Pâques ont construits les grandes pyramides. D'ailleurs c'est parce qu'elles avaient mal travaillé qu'elles furent enterrées là-bas jusqu'au cou ; c'est pour ça qu'on ne voit que la tête ; en punition de leurs fautes, condamnées à crever de soif tandis que les tyrannosaurus rex abandonnaient Gaïa à son sort à bord de leur pédalo interstellaire supraluminique piloté par les Shadoks. Mais c'est quand même pas une raison pour délirer à fond la caisse, abruti par le chichon auquel de plus en plus de gens voudraient convertir l'humanité. C'est vrai que quand on plane, on souffre moins et on ne s'apperçoit plus qu'on est un pigeon de basse cour. Du moment qu'on prends son pied, le reste peut bien couler, l'important est de consommer ; y compris du succédané d'amour assisté par chimie, artifices et manipulations chirurgicales au hasard des pulsions irraisonnées.
L'été jette ses derniers feux en un soubresaut de survie avant l'automne précipité en ce 15 août où on fêtait la Vierge autrefois ; du temps d'avant les bouchons où s'entassent tout ceux qui par ailleurs se plaignent de ne pas avoir les moyens de boucler le mois. Et je broie le cafard dans mon caouah à l'heure de mon crépuscule, assourdi par les chants et déclamations des haines ataviques poussées à leur paroxysme... et de la destruction consciencieuse de la planète orchestré par l'esprit des lumières ténébreuses. Plus une période nous est présentée comme un progrès, plus elle est sanguinaire et terroriste. La répression, l'intolérance, fut pire à la Renaissance qu'au Moyen Âge ; avec la multiplication des bûchers et des chasses à "l'hérétique". La Révolution fut la période la plus sanglante de notre Histoire ; tournée contre nos propres compatriotes. L'expansion industrielle fut un retour à des conditions d'esclavage explicite ou implicite pire que la condition des serfs. Et ne parlons pas du XX° siècle avec ses holocaustes avoués et reconnus ou non...

vix

J'aime à me souvenir qu'il y eût un temps où on espérait en Elle. Les protestants ne la reconnaissent pas ; mais eux qui se prétendent basés sur la lecture littérale du Livre, l'inventent et l'interprètent à l'aune des variations idéelles et politiques du moment ; eux qui ont autant massacré que les autres, croyants ou non. Si Elle n'est pas qu'une vue de l'esprit ; qu'Elle me vienne en aide une dernière fois ; sinon ce sera la corde ou le beretta, ou quelque chose comme ça... Je n'aurais pas le choix.
Me libérer de ce sentiment de m'être complètement planté pour n'avoir pas brouté là où on voulait que je le fasse ; mettre fin à la souffrance, et échapper à l'absurdité d'une existence qui n'aurait jamais dû exister dans un univers tout aussi absurde dont vous avez accouché sans même y penser. Parce que c'est ça le drame : vous n'avez même pas agit volontairement !!! Vous êtes des produits, pas des acteurs volontaires. Des cailloux charriés par le torrent du temps et de la genèse chaotique des événements au grès des intérêts et des coups de folies, ou de génies, de quelques séducteurs machiavéliques et tout aussi inconscients. Je suis dégoutté.

vierge _54

Tout de même...
Bonne Fête de l'Assomption a tous les Catholiques du Monde .


12 août 2016

SOS CHEVAL PERDU

canassons galopCapté sur FB :

Posté par Mikael3300 à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 août 2016

Hirondelles, martinets etc...

hirondelle (4)Les martinets ont déserté le ciel de mon quartier depuis plusieurs jours. Dans la nuit du 25 au 26 juillet. Trois ou quatre, de passage sans doute, ont été aperçus tournoyant au dessus des halles le samedi suivant ; mais depuis, plus rien, et j'ai passablement patrouillé, forçant même ma carcasse à avancer de grès ou de force, pour m'assurer de la chose. Là je vous montre une hirondelle de fenêtre au nid. Une autre est venue quelques secondes plus tôt lui apporter à manger. Se pourrait-il qu'elles couvent encore à cette époque ? Où que la nichée est été retardée par les intempéries de Juin ? Il y en a beaucoup moins qu'il y a quelques années dans ce quartier, comme partout. On remarque à gauche un nid délaissé qui est peu à peu tombé en ruine. Il y en a toute une série comme ça sur cette maison dont les habitants sont pourtant attachés à leurs hirondelles. Je ne leur ai pas parlé, mais c'est tacite : ils m'ont repéré depuis longtemps, ça fait douze ans que je viens tous les ans, plusieurs fois, pour observer. Le nid peuplé l'an dernier de l'ancien café tout proche a été détruit de main d'homme.

hirondelle (3)

Une vue du nid en plus éloigné. Ça vous donne un aperçu de ce que vous pourrez apercevoir.

hirondelle (2)

Une vue depuis le sol, ce que vous pourrez remarquer avec une vue moyenne et sans jumelles. Je n'ai pas mis le zoom là. Les photos sont faite avec un bridge Nikon tout à fait basique ; un cadeau qu'on m'a fait, y'a même pas de viseur !

martinets 006

 A distinguer donc des martinets ; vous avez là un couple en train d'alimenter les petits au nid que vous ne verrez jamais de l'extérieur, au contraire du nid d'hirondelle. Il est caché dans un trou de mur, de falaise, sous une gouttière comme là où il doit y avoir une petite anfractuosité. La photo là est un exploit avec le matos que j'ai. Une longue planque à guetter les virevoltes ; c'est tellement rapide ; et vingt photos ratées avant que de réussir LE cliché digne de ce nom. Pour les hirondelles c'est pas mieux ; j'ai raté à peu près toutes mes photos en vol. Je prends ce mal parce que je suis amoureux de ces oiseaux. Je suis amoureux des oiseaux de toute façon ; ce sont eux les vrais chevaliers de l'arc en ciel que vous avez dévoyé. Et je les vois disparaître petit à petit. Où sont les nuées d'hirondelles de mon enfance ? Où sont les nids de notre étable chaude où les bêtes cohabitaient paisiblement ? Il y avait un nid à chaque poutre, parfois deux ou trois. On leur laissait une petite fenêtre ouverte pour qu'elles puissent circuler librement. En été tout était ouvert, mais au printemps, lorsqu'elles arrivent, il fait encore frais. Mais elles savaient la lucarne qui les attendaient. J'aurais tant à raconter. Mais je crois que c'est inutile. Ce monde sain et naturel vous échappe, vous préférez chasser le pokémon ; ce jeu idéal pour répertorier vos goûts et couleurs et mieux vous cibler, sempiternelle pub, non pour la CIA comme le débitent les complotistes, mais pour les publicitaires grâce aux cookies téléchargés à votre insu. Sans compter la pompe à fric invisible. La nature, la vraie, intéresse peu de monde. Vous défendez les chiens, les chats, qui tuent plein d'oiseaux parce que livrés à eux-mêmes souvent, surtout les seconds. Mais à quoi bon développer ? Si vous voulez en savoir plus sur les hirondelles et martinets, il y a plusieurs articles ici qui en parlent dont mon premier, si populaire malgré le peu d'intérêt que suscitent mes blogs. Voir "Ne pas confondre hirondelles et martinets" ici même. Pour le reste, nous ne sommes pas du même univers, Canal-Décharge en est témoin.
Au moment de conclure, il me revient une annecdote ; c'était dans la Nièvre, il y a une quinzaine d'années, une nuée d'hirondelles qui se perchait sur un arbre mort ; à l'époque les apn n'existaient pas et je n'avais pas d'appareil d'ailleurs, depuis plusieurs mois, c'est bien dommage. Tous les soirs elles retrouvaient leur perchoir. Moi qui suis de la campagne, qui est par la suite beaucoup randonné, à vélo comme à pieds, je n'avais jamais vu ça, et je ne l'ai jamais revu. Et tant qu'on y est, qui se souviens que "Hirondelle" était une marque de vélo disparue aujourd'hui ? Une production Manufrance, le fournisseur de la France d'autrefois, la France dont je suis le produit, un peu... Il y avait une autre marque qui s'appelait "Arc-en-Ciel" aussi... Très céleste tout ça, comme le bleu de ma chambre d'enfant et d'adolescent...  C'est pour ça qu'aujourd'hui encore, je vole, sans fumée ni alcool, vers des paradis oubliés, je les retrouve dans mes échappées, débarrassés de tout ce que j'ai pu rencontrer comme difficultés. De toute façon, votre monde actuel n'est pas plus tendre, il est même pire, eût égard à quoi je suis réduit. Il me reste le souvenir des nuées d'oiseaux et de papillons qui m'émerveillaient.

martinets

29 juillet 2016

Face à la violence

bougie (1)Frère Jacques ne se lèvera plus à l'appel des matines ; on ne sonnera plus que le glas et je n'entendrais plus l'universelle comptine de Jean-Philippe Rameau (1683  1764)

Daech lave plus rouge, et les cocus foncent cornes baissées dans le piège tendu de la mort au bout de l'épée. Le terroriste a été abattu, il ne tuera plus. Un autre s'en chargera.

Dès l'affaire Mohamed Merah (mort le 22 mars 2012 à Toulouse à la suite d'un assaut du RAID)  je publiais cet avis, avant même qu'il soit clairement identifié :
« Il finira comme Khaled Kelkal »(abattu le 29 septembre 1995 à Vaugneray ). La suite m'a donné raison.

A qui profite le crime ? Ais-je écrit ? Je devrais dire « les » crimes ?
On applique à ces abjects criminels de banlieues ; manipulés ou pas, ils n'étaient pas obligés d’obéir ; la même méthode d'élimination à moindre échelle qu'à Ben Laden, Kadhafi , voire Saddam Hussein quoique ce dernier aie eu un semblant de procès.
Dans tous les cas, et sur chacune de mes publications, j'ai toujours regretté cette « justice » expéditive ; cette peine de mort lynchage au pays où elle est censée être abolie, mais aussi ailleurs dans le monde. Dans tous les cas, j'ai écrit que j'aurais aimé que justement ces salauds aient un procès public, qu'on les fasse jacter, au prix éventuel de quelques baignes ; pas la torture, non, on ne va pas s'abaisser à leur niveau tout de même ; mais quelques tartes dans la tronche pour les rendre plus coopératifs, et au pain sec et à l'eau comme dans le temps. Savoir ce qui se trame derrière, qui les a poussés. Si tant est qu'ils aient eu besoin d'être poussés.

Ces jeunes Français qui se laissent embrigader, directement ou par une sorte d’imprégnation, sont presque tous des petits délinquants. Beaucoup ont des antécédents psychiatriques, et parfois les deux. « Daech », s'il est bien derrière tout ça, comme on nous l'affirme, ne leur apprend ni la violence, ni la folie, mais leur donne une cause qui « légitimise » à leurs yeux l’une et l’autre. Avant de vouloir mourir en tuant, sans doute veulent-t-ils mourir tout court, croyant racheter leurs « péché s » tandis que leurs familles s'inscrivent dans le déni. J'ai vu la mère d'un des derniers jouer à l'autruche en affirmant « mon fils était un bon petit et tout allait bien avec lui ». Évidemment, d'une part elle n'a pas envie d'être associée, et d'autre part, on peut penser qu'il est difficile, quand les médias vous cuisinent, de dégueuler sur les siens. Me faire croire que tout est toujours tout rose avec un ado, de nos jours, dans un climat difficile, c'est me prendre pour un mariole. Là où elle se trahi c'est quand elle balance : « Moi mon gamin, je ne le sens pas capable de faire ces conneries à deux balles. » !! Connerie à deux balles un meurtre !!! Dans une société policée, et censée être en paix, qu'il fusse crapuleux ou idéologique, c'est tout de même pas une babiole ! Il ne s'agit pas là d'un vol à l'étalage. Je crois que toute une partie de la population marine dans un système de valeurs qui nous échappe. Noyée dans un présent sans perspective, sans avenir, refermée sur elle même dans son marigot.

cercle arc

L'horreur ne s'explique pas parce qu'elle échappe à notre logique et Daech n'explique pas tout, parce que ce "tout" n'existe pas. C'est même ce qui caractérise l'horreur.
Cette horreur avec laquelle, dans notre confort relatif de civilisation finissante, nous jouons à nous faire peur ; enfin vous, moi j'en suis guéri. J'y ai souscris autrefois, lisant volontiers Lovecraft par exemple et d'autres tout aussi malsains. Ça a duré quelques années jusqu'à ce que je réalise ce qu'était ce penchant pour l'obscur que nous portons en nous. Lorsque l'épouvante glisse du fantasmé au concret, nous restons hébétés, incapable de comprendre que la vie n'est pas un jeu. Elle a pourtant toujours existé. Notre histoire est un fleuve de sang qui s'est aujourd'hui subdivisé en ruisselets qui imprègnent la vie quotidienne.

Des guerres du passé ; effroyables boucheries des époques napoléoniennes ou des guerres mondiales, nous sommes passés aux guérillas coloniales et post-coloniales avant de glisser vers des affrontements banlieusards où quelques poignées de malfaisants défient la société endormie.

«La guerre est un recours barbare, préhistorique. Quelle que soit la cause de la guerre, ce sont toujours les mêmes qui en paient le prix, les plus faibles». Jose Mujica, ex président de l’Uruguay (2010-2015)

Il est bien placé, lui, pour parler, qui fut, avant de se coltiner l'image du « bon pépé », un guérillero adepte de la lutte armée. Entre son époque, concomitante des Guevara, Carlos, RAF, IRA ou même Action Directe, il y a eu un effritement des moyens, idées, motivations.
Eux trouvaient une certaine sympathie dans nos masses ; leurs objectifs paraissaient « justes » à certains. Ce n'en n'étaient pas moins des tueurs.

Leurs idées, au nom de régimes qui n'ont engendré que servitudes et injustices, en prétendant le contraire, justifiaient-elles les méthodes ? Je ne crois pas, mais beaucoup encore y croient et en portent la nostalgie ! Au nom de cela d'ailleurs ils humilient les gens blessés par le terrorisme actuel. Par exemple Julie Le Goïc  , élue de gauche qui écrit : « Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de chœur au paradis ? ». ou le journaliste Alexandre Hervaud de Libération qui a souhaité que les deux criminels fussent des scouts abusés par le prêtre.
Ils étaient bien heureux pourtant quand les chrétiens se sont sentis « Charlie », ou au moins solidaires, dénonçant le crime.
Même si il y a eu des prétendus chrétiens pour penser qu'après toutes les vexations distillées par le baveux, c'était pas volé, la plus grande masse fut consternée. Ceux qui profitèrent des circonstances pour s'acharner, revendiqués chrétiens, ne valent pas mieux que les gauchistes dénoncés plus haut. J'ai pas de nom sous la main, mais je l'ai hélas vu.
La violence verbale n'est que le prolongement et/ou le prélude à la violence physique. Le FLNC ne s'en cache pas lui, qui a annoncé qu'il trouvait là une occasion en or de ressortir les flingues de sous les fagots, et rêvent d'y trouver prétexte à ratonnades générales.

ST JACQUES

L'assassinat du père Jacques Hamel, au delà de la soupe médiatique, nous a surtout rappelé, ma compagne et moi, Frère Roger, mort assassiné le 16 août 2005 à Taizé .
Je ne suis pas certain, pas du tout même, que tous ces crimes obéissent à la même logique, à la même finalité, aux même maîtres. Les profils des tueurs, les modes opératoires, les cibles choisies sont nombreux et divers.

Cynisme ou concours de circonstances par ignorance ? Le Père a été assassiné le lendemain de la fête de son saint patron, lui qui était, si j'ai bien compris, un pèlerin sur le sentier des étoiles, pour intérieur que fut ce pèlerinage, comme pour beaucoup de chercheurs de Lumière. Suis-je le seul à relever ce "détail" ?

Jacques Hamel était un pèlerin sur un chemin de Lumière. A travers lui je vois un autre prêtre que j'ai bien connu ; à Vierzon, le père Félix ; comme lui un rassembleur de communauté, affable et doux. Un ami. Il avait créé une assos que tout le monde a oublié à Vierzon. l'AVATI. Nous avions célébré ensemble les 25 ans de l'assos,, il y a une trentaine d'années, autour d'un immense repas (300 couverts ; ce sont les musulmans, une demi douzaine de personnes, qui avaient fait la cuisine, et les chrétiens, dont moi, qui avaient fait la vaisselle ; quatre personnes plus une trotskyste ( *;) Clin d’œil ). Comme lui Félix était âgé... Nous avons été amenés à quitter la ville tous les deux et ne nous sommes plus revus... Jacques lui ressembles. Il y a aussi qu'une de mes copines très intime a baptisé ses enfants dans cette église.. Enfin voilà quoi... J'ai du mal à digérer

Sans doute à cause de l'importance prise par l’événement. La mort est une vieille compagne pourtant et j'ai pas mal de copains, de proches, au pays sans retour ; certains dans des circonstances tragiques. Là, c'est la violence intentionnelle qui choque tant. Parce que la mort, elle frappe de façon aléatoire à longueur de jour et d'années, sans que personne, en dehors des proches et parfois un entrefilet dans le journal, ne réagisse. Des dizaines de tués et mutilés tous les jours, sur nos routes, d'accidents domestiques ou d'agressions crapuleuses. Chez nous, à Niort, toute une série de SDF ou marginaux ont été assassinés dernièrement à coups de pelle ! Enterrés à la hâte et retrouvés au hasard d'un heureux concours de circonstances. Il y a quelques années, on a eue notre série de tueurs en série. Certains ne sont pas encore clairement identifiés. Les motivations n'ont pas toujours été très claires mais parce que pas reconnues idéologiques, on en a fait moins de cas. Je ne vois pourtant pas une grande différence moi, entre l'affaire Heaulme, par exemple, et l'actuel meurtre du Prêtre.
Je vois par contre entre l'ignoble massacre de Nice et le dernier attentat, une distance... J'ai été tellement choqué que je n'ai réussi à m'exprimer qu'en image sur Tweeter et Facebook. Il y avait là une volonté symbolique, même si elle ne relevait pas d'autant d'idées qu'on a voulu le croire. On est bouleversé mais on oublie trop que la violence fut le moteur de notre histoire et que nous n'avons jamais su en guérir. Il y a la violence considérée légitime, quand elle émane des Etats constitués, et puis l'autre, individuelle...
C'est la même bête qui anime l'homme. Ensuite on enrobe de vernis religieux, idéologique ou autre, au grès de comme ça arrange.

Puis on tombe dans la surenchère sécuritaire ; à l’approche des élections, en l'absence de programme crédible, ça arrange bien. La démagogie est toujours inversement proportionnelle à la santé du pays. L'Allemagne y a goûté autrefois.

croix bois1254

26 juillet 2016

Les cons sont de sortie

cocarde-1239

Relevé sur Facebook parmi d'autres immondices digne des albums photo de Canal-Décharge ; ci dessous...

Si on compte sur des crétins pareils pour relever la France, on peut tout aussi bien se torcher avec du papier d'aluminium.Entre les extrèmes droite qui en profitent pour chier et dégueuler leur haine, et les gauchistes qui aussi bien dégueulent sur les cathos qui appellent à la prière ; j'ai tout vu aujourd'hui en matière de grosse merde. On le sait que la République est née dans le sang ; j'en ai parlé bien des fois ici. Mais je ne crois pas que ce soit le jour de remuer la merde ; non plusque d'en profiter pour pisser sur un mec qui n'y est pour rien dans ce qui s'est passé autrefois.

Ma réponse publique et collective ci-dessus n'est peut-être pas assez claire ?Et au fait, à qui profitent donc ces crimes ? Aux musulmans croyez vous ? Ou bien à ceux qui font tout pour semer la division et la haine ? Sans verser dans les élucubrations complotistes, je commence tout de même à me poser quelques questions...

cercle arc 2


11 juillet 2016

Croiser une cigale en train de renaître

cigale_nature 251 (4)Il y a quelques années, lorsque Éric ; celui là même que je cite dans "Ne pas confondre Hirondelles et Martinets" ; avait collé sur son FB qu'il entendait striduler les cigales dans son jardin, j'avais eu du mal à y croire. C'est que je suis un enfant du pays quasiment, et plus près encore d'où il crèche que d'ici. Dans mon enfance, mon adolescence, et même ma jeunesse assez tardive, y'avait pas de cigales ! Finalement j'ai découvert assez rapidement qu'il avait raison. Ce n'est pas la première fois qu'il me fait redécouvrir mon terroir ! En fait, elles sont bien présentes et même assez omniprésentes. Mais il faut de fortes chaleurs pour qu'elles se manifestent, et heureusement, parce que faut bien reconnaître que nos discrets grillons, qui demandent moins de chaleur, sont plus agréables, moins entêtants. Le chant des grillons les soirs de fenaisons de mes jeunes années, un enchantement. Mais voilà, snobisme aidant nous sommes maintenant une région à cigales. "Snobisme" parce que c'est essentiellementt l'implantation massive d'oliviers de décoration et de lavande et lavandin qui en est la cause. Les larves vivent sur les racines ; et comme les plants sont souvent importés de région où il y en a... Par ailleurs elles ont élues d'autres arbres hôtes. Quoiqu'au fond, j'aimerais bien un olivier pour ce qu'il représente. Tout en me disant qu'il y a bien assez d'espèces autochtones à préserver. Les arbres comme les plantes, sont devenues des choses jetables après usage ; de véritables marchandises. J'ai jamais abordé le sujet de front sur Canal Décharge, parce que faire des photos là où ils en gaspillent le plus, c'est risqué... Mais je connais des revendeurs qui jettent par centaines de kg toutes les semaines...

cigale (1)

 

COUPLE EXTRAORDINAIRE

Omniprésente, même en ville. J'avais déjà eu l'occasion d'en entendre du côté du pré leroy ou même du moulin du roc (Niort), mais l'autre matin, à 5 h 14 très précisément, sur un parcmètre à côté de l'église St Hilaire, j'ai assisté à un spectacle rare qui m'a enchanté. J'avais vu naitre des libellules à leur nouvelle vie, mais jamais de cigale ! Comme un clin d'oeil du ciel annonçant une renaissance... A mon âge il serait temps !
Bizarrement, parallèlement, les fourmis à proximité s'agitaient en tout sens, comme elles font juste avant un orage. Il n'y avait pourtant pas d'orage dans l'air ; juste de la chaleur à venir pour l'après midi. On a eu quelques gouttes de pluie après le match qui vous a tant préoccupé et c'est tout.

tableau 1007 b

Le plus comique, c'est que le même jour, j'ai trouvé un peu plus tard ce tableau abîmé à traîner dans la rue. j'en ai fait ma nouvelle bannière sur FB,  parce que je lui trouve un petit air provençal ; vous ne trouvez pas ? En tous les cas, ça fait tout à fait France de mon enfance. Celle que j'aimais, qui m'a vu grandir envers et contre tout... Oui, contre tout, parce que j'ai manifesté dès le début des aléas de santé, et le don de m'attirer des emmerdes, assez phénoménaux.

08_07_2016 (38)

08_07_2016 (47)

lucane662 (1)

DSCN2012

Une cigale ou une lucane rencontrée au hasard de mes déambulations, c'est toujours un peu de vie qui me sourit. Quelques fleurs embellissent la vie dans cette cité où je me sens enchaîné, prisonnier à jamais ; où je vais mourir à petit feu, dans la pauvreté, morflant chaque jour un peu plus, au fil des années. J'ai été mis sur la touche trop tôt, et n'aurais donc pas de retraite conséquente, ce sera la misère et la dépendance totale, il faut bien le réaliser. Et quand je vois comment se comportent les niortais à mon endroit, ça ne présage rien de bon. Quand je ne ferais plus peur, ils vont s'acharner, eux qui me prennent pour une cigale et s'imaginent des fourmis alors même que mon autre blog témoigne de leurs gaspillages ; et encore j'en suis à ne pas montrer 10 % de ce que je constate. Oui, je dois faire encore peur ; la preuve, ce matin, on a tenté de m'agresser... La énième... Mais comme tant d'autres fois... L'autre a filé avant que..; d'oser passer vraiment à l'action. Le malheur est que comme tant de niortais, complètement empoté, il serait fichu de ne pas me tuer ! Je ne cogne jamais le premier ; connu dans le quartier, j'ai oublié aussi d'être con. Mais il n'est pas exclu qu'un jour je pète les plombs et que j'en bute un. Remarquez, ça m'assurera une retraite... C'est fatiguant à la fin, de subir, être insulté, agressé et avoir les mains liées par la morale, et la loi aussi, qui, dans ce pays, interdit de se défendre. Porter plainte ? Contre quoi ? Des ivrognes que je serais en peine de reconnaître. Et de toute façon, j'ai vu ce qu'elles sont devenues mes plaintes à d'autres propos. Ca va, merci.
Alors je me console, et je vais, aux temps chauds, admirer la virevolte des martinets. J'avais un pote qui s'identifiait à eux... Moi j'aimerais être des leurs. Ma vie aurait un sens au moins, intégrée à la grande respiration de la Terre.
Je suis comme un enfant attardé, en admiration devant la moindre manifestation de vie. Une cigale par exemple. C'est pour ça aussi que je suis marginal. Je n'ai jamais pu prendre au sérieux ce qui compte pour vous : boire de l'alcool, fumer des trucs pas clairs, s'étourdir dans une pièce confinée (une "boîte"), ou hurler parce qu'un mec qui gagne en un moins ce que je n'ai pas gagné en une vie, a shooté dans un ballon après s'être bien shooté aux remontants. Même le ciné ne m'a pas enthousiasmé. Quelques rares films m'ont intéressés ; mais dans l'ensemble je suis incapable de rester des plombes devant un écran sans rien faire, à regarder un mensonge se dérouler sous mes yeux éberlués. Tout au plus ais-je souscrit à la lecture. Mais justement, la majorité ne lit pas. Quant à la nature... Elle se résume pour la plupart à la pelouse bien taillée, arrosée de désherbant de la courette devant le clone de la maison en béton d'à coté.
Un peu de vie qui me sourit, c'est toujours ça de pris. Parce qu'une infinie tristesse m'a envahi. Ceux qui ont prétendu me faire la morale en me disant que je devrais être content de vivre n'ont rien compris. S'il n'y avait que moi... Mais partout où je regarde je ne vois que souffrance. Et je ne puis même pas faire semblant d'y remédier avec quelques miettes alors que je vis de miettes. La copine qui a joué au père Noël ce mois ci ne sait pas encore que, c'est tout ce que j'ai ce mois-ci pour tenir la route ! Et pourtant je le ferais. Vous en seriez incapables. Je le sais, je connais trop de choses sur vous à travers tout ce que j'ai trouvé à traîner... Mais d'autres expériences aussi.
Il me tarde de rompre la corde d'argent qui me relie à cette carcasse délabrée. Si encore j'avais un peu plus, je pourrais m'occuper à autre chose que griffonner des prouts dans le vide, jamais lus par grand monde. Mais j'ai juste les moyens se survivre pour endurer. Alors vous voyez ? Croiser une cigale en train de renaître, c'est comme un clin d'oeil, c'est un peu comme si j'avais gagné dix balles au loto... En attendant de prendre congé...

ange 2327

03 juillet 2016

#Pray for...

pray#Pray for... On voit ça même sous la plume d'incroyants maintenant... Ça traduit le désarroi et l'impuissance de tous. Comme si Dieu pouvait intervenir là où la volonté humaine conchie toute spiritualité. On voit les attentats, on remarque moins les guerres larvées, périphériques, et permanentes. Un monde où les puissances sont en guerre perpétuelle les unes contre les autres, comme dans 1984 de Orwell ; où la (vraie) liberté d'expression n’existe plus, comme dans 1984. Vous vous croyez dans le monde libre parce que vous avez le droit ; en réalité la quasi obligation ; de consommer et de sodomiser ; un peu court tout de même, même pour les mieux pourvus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées, par internet interposé. Comme dans 1984. Avec un zeste de meilleurs des mondes. Engourdis par des bonheurs chimiques licites ou non.
Tous ces crimes, commis au Nom de Dieu par des idiots utiles, sont le miroir de ceux qu'on commettait autrefois au nom de la Révolution ; à cent lieues d'une vraie spiritualité.
L'essence d'une spiritualité peut se traduire par exemple par  :

- "Entre un sage musulman, un sage chrétien , un sage juif, un sage bouddhiste, un sage hindouiste, un sage de toute autre religion et croyance, la différence est tellement infime qu'elle ne se voit plus."

[André Comte-Sponville]
" Si un homme atteint le cœur de sa religion, il atteint également le cœur des autres religions."
[Gandhi]

On en est loin...

 

étoile_2014b

Il y a plusieurs années j'avais pondu un dessin, ci-dessus, qui résumait ma perception de l'avenir ; c'était avant même les attentats de Paname... Je le recolle... Bon, ben à l'époque vous ne m'avez pas cru... On y est, vous y êtes... J'avais dit alors que je ne voyais de salut que dans le repli intérieur, le recueillement... Et maintenant vous appelez à prier tout en ruminant des vengeances. Le recueillement n'est pas la vengeance. Et ce qui arrive est l'autre face des dès pipés du chaos. A quoi bon me tuer à expliquer ?
N'importe comment, grand ou petit, on ne sort pas vivant de la maladie incurable qu'est la vie. L'histoire est un fleuve de sang. Et si, il y a 70 balais, un aigle pygargue n'avait fondu sur notre occident, déchirant tout de ses griffes, le monde serait certes différent, mais pas mieux. Marianne s'appellerait Germaine et l'ours Boris lui labourerait les côtes. L'un dans l'autre...

TROIS LOUPS 2


L'homme est un monstrueux ogre assoiffé de sang, de pouvoir et de haine. Nous disparaîtrons sans laisser de trace et l'univers n'en gardera pas trace. La Terre est à peine un saut quantique dans l'infini. Une trace en dessous du nombre d'Avogadro. L'âme de la minorité consciente relève d'une autre réalité, incompréhensible à vos horizons figés. #Pray for... For quoi au juste ? Vous savez vraiment ce que signifie prier ?

 

coeur 1408_0207

 

30 juin 2016

Europe de larmes et de sang

EUROPE juin 1739Europe de larmes et de sang. Entre scission que seule une minorité semble avoir vu venir, et des musulmans qui assassinent d'autres musulmans, majoritairement, au nom d'intérêts inavoués aussi bien qu'ils tueraient des chrétiens, des bouddhistes ou des athées, sans état d'âme, par idiots utiles fanatisés interposés, on est mal barrés. Le Brexit, je l'avais vu venir. La veille, sur Pluzz, j'ai regardé le reportage de FR2 sur le sujet. Pas souvent que je vais les voir, mais là, je voulais prendre l'atmosphère. Tout le monde tablait quasiment sur un échec du référendum. En Angleterre, le démon du jeu est omnipotent et on parie sur tout. Les bookmakers s'étaient engouffrés dans la brèche et incitaient la grosse masse à parier sur un maintien dans l'union. J'ai lancé à ma chérie :
« - Y seront pas bézef, mais y'en a qui vont se faire des couilles en or ! »
J'aurais été en GB à ce moment là, je serais riche aujourd'hui, au lieu que de tirer la langue au point que si l'un d'entre vous a dix balles, ou même deux, en rab', je suis preneur !
Je n'en reviens pas que tout le monde ou presque se soit laissé surprendre par ce replis identitaire d'humeur. C'était cousu de fil blanc. Le Commonwealth a sa logique et sa vie propres et n'a jamais pus s'inclure totalement dans ce patchwork qu'est l'Europe dévoyée à la remorque de la haute finance. De Gaulle avait beau prétendre que la politique ne se fait pas à la corbeille, elle s'y est toujours faite ; et ses envolées lyriques cachaient mal son accrochage à ce tracteur.
C'est ce qui a présidé à cette séparation et on a manipulé les opinions ; accessoirement avec de faux arguments ; pour aller où on voulait. La dévaluation de la Livre consécutive est un coup boursier de même nature que celui employé par Mitterrand au profit du grand capital lors du jeu des « nationalisations-dénationalisations », où l’actionnariat populaire perdit gros et les banques gagnèrent beaucoup. Un coup boursier de même nature que l'effondrement soudain des actions Eurostar qui profita de la même façon à un « noyaux dur » de boursicoteurs.
La séparation renégociation dans un nouveau dessin politique prendra au moins dix ans ; et ce sont les moutons de Panurge qui l'ont appelée de leurs vœux qui en seront les dindons.
Ceux qui nous conduisent à l'intégration de la cité uniforme planétaire aux mœurs dénaturées de l'argent et de la consommation reines vous agitent avec des arguments populistes, afin de susciter les divisions et les rancœurs qui vous aveuglent, vous persuadant que le monde est en crise. Quelle crise ?

« - La crise, c'est aujourd'hui un chômage massif et durable. …/... La crise, ce sont les machines neuves que l'on casse et les usines que l'on ferme. Ce sont des villes, des régions entières que l'on asphyxie. Ce sont, par pan entiers, des activités économiques que l'on abandonne, la production qui stagne, des terres cultivées qui redeviennent en friche.
La crise, c'est la baisse du pouvoir d'achat de nombreux travailleurs. C'est la pauvreté qui s'est installée de manière permanente dans des millions de foyers. Ce sont les inégalités aggravées dans le niveau de vie et l'accès aux responsabilités. C'est la restriction des moyens pour tout ce qui concerne, de près ou de loin, la satisfaction des besoins. C'est la contrainte et l'insécurité qui s'étendent dans tous les domaines de la vie
 »

Qui a dit ça ? Quand ? Marine le Pen ? Mélenchon ? On pourrait refiler ce discours aux populistes anglais ou gaulois actuels, et vous le boiriez comme du petit lait ; certains désignant accessoirement le plombier polonais ou l'éboueur malien comme coupable à abattre, d'autres le président-dent-dent en s'imaginant que c'était mieux avant.
Hé bien non mes chéri(e)s ; ce discours, dont je vous enverrai la copie contre deux euros si ça vous dit ; c'est Georges Marchais en mai 1979 !! Le secrétaire du PCF. Dans la suite du discours, il essaie de faire gober que les causes sont uniquement nationales et que la solution est à aller quérir en URSS, pour simplifier. Un curieux mélange d'aspirations électoralistes et de velléités « révolutionnaires ».
Cela montre qu'en ce temps là déjà, l'angoisse était déjà à fleur de peau d'un tas de gens ; pas nécessairement justifiée pleinement ; quoique ça partait déjà en couille, et j'ai vu bien des misères dès cette époque ; j'ai connu bien des difficultés aussi. Par contre, s'il y avait du gaspillage, il n'était pas à tous les étages comme maintenant. La Terre était peut-être aussi un peu moins malade.
Mais de 1979 à aujourd'hui ; je trouve que ça fait long comme « crise ». On devrait plutôt parler de maladie incurable oui !

mao 3

Les démagogues de tous bords sont d'abords préoccupés de leur carrière personnelle. Y compris les leaders révolutionnaires qui se prétendent grands timoniers sauveurs et qu'on représente triomphants comme des vainqueurs sportifs. « Il n'y a pas de sauveur suprême » clame l'internationale. C'est pourtant ainsi qu'était canonisé le grand timonier qui conduisit la Jonque nationale à tant de sang versé, de tortures et exécutions, de famines. Pour aboutir à une synthèse OGM assez incongrue : le mariage de la dictature de parti avec le capitalisme.
Parce que ce dernier n'est pas en réalité une idéologie ; c'est un mécanisme naturel, exploité par les singes alpha au détriment de la horde. Il y a toujours eu thésaurisation. Le silo à grain du néolithique en est la première forme. La redistribution se faisant ensuite au grès des privilèges de certains plus égaux que d'autres.
« Mon Royaume n'est pas de ce monde » disait Jésus. Personne ne s'est avisé qu'à travers ça, il voyait qu'il n'y aurait jamais d’Éden terrestre où personne n'aurait de contraintes matérielles, et où les inégalités seraient toujours sources de conflits et de victimes.
Nous sommes engagés dans un processus d'intégration planétaire où l'Europe est juste un maillon d'ailleurs en pleine révolution. Parce que l'idée de départ de faire des « États Unis d'Europe » a fait naturellement long feu.

grenouille1547

« Une Grenouille vit un Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille,
Pour égaler l'animal en grosseur,
Disant : « Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?
- Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y voilà ?
- Vous n'en approchez point. » La chétive pécore
S'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages
 »

Jean de La Fontaine (Livre premier, fable III)

C'est cela l'Europe. Et un costume d'Arlequin mal taillé. Avec ses multiples tiroirs où toutes les nations n'ont pas les mêmes droits et les mêmes devoirs. Les artisans de sa construction et son intégration à la néo-civilisation (prétendue telle) planétaire avaient besoin de plus de contrôle sur la piétaille et de déclencher des dividendes supplémentaires ; la sacro-sainte « croissance ». Alors par dessus les larmes et le sang versé des guerres rampantes déclenchées, ils ont suscité un séisme.
La où le bât blesse, c'est que les variabilités des marchés seront impactées par les révoltes des éléments. Les inondations de ces dernières semaines ; qui vont précipiter une partie de notre agriculture dans les rets des spéculateurs, ruiner un tas de petits artisans, entrepreneurs, commerçants, familles ; ne sont qu'un avant goût de ce qui nous attends à moyen terme.
Inondations, tremblements de terre, ras de marée, volcans et nucléaire communieront dans une même symphonie ; une chevauchée des walkyries fantastique. L'Europe ne sera pas la seule à nager dans les larmes et le sang dont les flots saperont le fort de la ville d'Ys.

pirate3006

24 juin 2016

Le bal des vieilles lunes

hitler_3Il y a 80 ans on jeta à la meute un os que d'autres avaient obtenus, ailleurs, sans autant de peine. On fêta la victoire en se mettant au vert tandis qu'ailleurs le vert de gris allumait les forges de l'enfer. Des socs ils martelaient des lances pour écraser nombre de peuples de la Terre. Nous étions à presque un an de Guernica (26 avril 1937) à la veille du conflit ; guerre civile espagnole (juillet 1936-mars 1939) ; antichambre de ce qu'on appela « World War Two » qui fut chez nous, surtout une capitulation et une occupation. Après l'Axe d'acier du 22 mai 1939 ; le petit père des peuples, qui avait de la merde dans les mirettes, se laissa prendre au pacte Germano-soviétique (23 août 1939), et ce fut la fin du monde. Tous se réclamaient d'une déclinaison du socialisme. Cette doctrine protéiforme qui prétends s'opposer au capitalisme, mais l'a toujours docilement alimenté, directement ou non, et a toujours porté la souffrance dans sa besace. Du colonialisme de nos Jules, aux génocides asiatiques en passant par ce que je viens d'évoquer.
Les peuples n'ont pas de mémoire ; alors on leurs rappelle ce qui arrange, les congés payés par exemple, et on leur distille l'idée selon laquelle la « gauche » a le monopole du cœur et de la générosité. Et ils y croient. Le peuple ne vit que de croyances.
Les plus terre à terre d'entre vous, les rationalistes, les athées ; vous n'êtes en réalité que des croyants ; des croyants ignorants, et ce n'est pas parce que vous êtes sincères que vous détenez la vérité.

23 juin 3


Ce sont toujours les vieilles lunes qui fonctionnent ; populisme, haine et racisme ; nombrilisme naïf et aveugle. C'est ce qui vient de conduire l'Angleterre au Brexit.
Ils larguent les amarres ? Grand bien leur fasse ! Au lieu de bander avec Marine Le Pen et consorts, je m’inquiéterais à votre place.
Notre économie va en prendre un sacré coup. Une chute importante de nos exportations, déjà. Donc du chômage à la clef. Ici et là-bas. Eurostar, qui a déjà du mal à vivre, va en prendre un grand coup dans la tronche. Le marché de l'immobilier aussi va en prendre un coup. Tous ces rosbifs qui achetaient chez nous, voire y vivaient en néo-ruraux, vont se retrouver plus ou moins dans la merde. Soit dit en passant, on fait quoi de ceux qui sont déjà là ? On les vire ?
En réalité, des accords bilatéraux seront trouvés, qui compenseront les pertes pour les marchés financiers. Les peuples ne gagneront rien, eux.
Quand aux motivations racistes qui ont motivé une courte majorité de l'électorat, elles me font doucement marrer... Le maire de Londres est de souche étrangère, et il y a bien plus d’immigrés chez eux que chez nous. Pas en provenance de Calais, non, mais du Commonwealth !! Alors je puis écrire : plus con qu'un anglais, c'est difficile à trouver. Un électeur du FN peut-être ? Qui s'imaginent qu'en quittant l'Europe on reviendrait aux 30 glorieuses ? C'est fini ce temps là les marmots. Maintenant nous sommes dans une logique de guerre mondiale larvée dont les retombées sont la misère autour de nous. J'ai vu récemment des reportages sur la condition des enfants chassés par cette guerre dans des camps de misère. J'ai vu les enfants exploités comme du bétail, par exemple en Turquie où c'est pourtant illégal. Il y a aussi des ateliers clandé chez nous... C'est cela le vrai problème : les enfances volées sur l'autel de la guerre qui nous préparent des lendemains de douleur.
Dès 1988 j'avais écrit : « L'Europe est morte avant d'exister ». On a construit un machin trop complexe, trop bureaucratique. Des réformes s'imposent. Mais la division c'est toujours la guerre, et la guerre ce sont les riches qui les engendrent mais les peuples qui les subissent.
L'Europe s'effrite ? La Grand Bretagne aussi va s’effriter. Pas sûr que L'Irlande, l’Écosse, digèrent le diktat, entre autre.
Le vin est servi, il faut le boire. Les grands soirs sont toujours suivis d'aubes glauques. Toujours et partout. Un train en cache souvent un autre... Quant à la sagesse populaire, faut visiter "Canal Décharge" pour voir combien c'est une légende urbaine...

attention-au-train-2

Posté par Mikael3300 à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

20 juin 2016

20 juin

paumeLe 20 juin 1789, les députés des états généraux, après s'être proclamés Assemblée nationale, se retrouvent dans une salle de Versailles, au Jeu de Paume, où ils jurent sous la présidence de Bailly, « de ne jamais se séparer et de se rassembler partout où les circonstances l'exigeraient, jusqu'à ce que la constitution du royaume fût établie et affermie par des fondements solides ».
Le peintre Louis David a réalisé une composition dramatique autour de cet événement. On voit ci-dessus, au centre, l'abbé Grégoire réunir par les épaules le moine chartreux Dom Gerle, élu de Riom, et le pasteur protestant Rabaut-Saint-Étienne. Derrière le trio, Bailly, président de l'Assemblée, lit le texte du serment...

Malheureusement, la fuite à Varennes des 20 et 21 juin 1791 foutra par terre l'évolution en marche qui nous eût conduit à une monarchie constitutionnelle sans doute pas plus domageable que notre République en lambeaux dont il ne reste que des replis sur des apparences trompeuses. Où Marianne apparait comme une vieille fille de joie qui à coup de liftings essaierait de paraitre vingt ans. 20 juin 1792 : Le roi boit à la santé du peuple, mais il est trop tard...

Des Chinois achètent en France des centaines d'hectares de terres agricoles

Dans l'Indre, une société chinoise a acquis cinq exploitations agricoles totalisant 1.700 hectares de terres. Profitant d'une faille juridique, elle a contourné les instances chargées du contrôle du foncier agricole et contribue au développement d'une agriculture sans paysan. Vendœuvres et Châtillon-sur-Indre (Indre), reportage Un corps de ferme s'étend au milieu des champs de blé et de colza.

https://www.reporterre.net

Comme je l'ai écrit dans "Terre bradée... ballon vendu..." : "Notre pays bradé aux puissances financières étrangères. Clubs sportifs, usines, monuments, Terres... Terre achetées, terres bradées...Nous ne sommes plus qu'un fief des saigneurs du monde, quand ce n'est pas la Chine, c'est le Qatar, l'Arabie Saoudite, ou d'autres..."... Que reste-t-il de notre France ? 

guillotine-noire6

On a guillotiné un roi, ça a servi à quoi ? On a liquidé sa femme et fait souffrir son fils, qui en est mort, pourquoi ? Pour être toujours dirigés par des arrivistes qui ne pensent qu'aux profits des grands bourgeois qui les cajolent ? Pour voir foulé aux pieds tout ce qui constituait la morale de base de tout honnête  brave homme ? Remplacé par des billevesées élevées au rang de dogme. Je ne délire pas "islamisation" à la mode complotiste ici ; voir mon papier "Ramadan d'amour et de haine" pour comprendre ; je pense valeurs morales et bon sens.
Chacun fait feu de tout bois, du moment qu'il racole. Je pense à pleins de choses à la fois. Tenez un exemple dans cette pantalonnade de "primaire à gauche" qu'on nous ressort. La dernière fois je l'avais écrit : je ne suis pas assez con pour payer dans ce qui m'apparait comme une usurpation du suffrage universel et signer un serment de fidélité à des gens auxquels je ne crois pas.

nicethol

Ma caricature d'époque montre assez ce que j'en pensais. Je persiste et signe, sans pour autant souscrire aux populismes façon Le Pen qui ne sont que des simplifications caricaturales travaillant les masses aux niveau de l'émotionnel, ce qui est l'exact contraire de la sagesse.

Capture ACTION FRANCAISE

Populisme et simplisme dont Coluche (19 juin 1986 : Mort de Coluche)  fut un grand prêtre, parmi d'autres, avec des idées qu'il voulait de gauche, vaguement teintées d'anarchisme soixante-huitard. Aujourd'hui, comme je vous le montre, utilisé par des gens avec qui il ne se serait tout de même pas compromis. Je n'étais pas "fan" ; bien sûr il m'a parfois fait rire, mais même Bigard a parfois réussi à me faire rire !! Pourtant, c'est plutôt la beaufitude son délire. Sa vulgarité, à Coluche, pourrait aujourd'hui lui valoir des ennuis tant on est refermés sur nos simplismes. Mais au delà de ça, il y avait pas mal d'ambiguités. Vous le vénérez à cause des restos du coeur. Sauf que vous n'y avez jamais bouffé ! Entre le périmé hors date de Mathusalem et la merde de fond de stocks bas de gamme et dénaturés ; "bien assez bon pour ces sales feignasses de cassos" n'est-ce pas ? On peut pas dire que ce soit le pied. Et ça ne fonctionne que l'hiver, alors que justement, c'est l'été qu'on en chie le plus pour bouffer quand on est dans la merde. Qui suit un peu l'actualité des dernières années doit aussi savoir qu'il y a eu des grenouillages pas évidents autour de ça. On ne saurait le rendre responsable ; néanmoins, ce coup de pub que furent les resto du coeur sont comme sa pseudo campagne électorale qui ridiculisait le peu qu'il restait alors de respectabilité d'une République qui partait déjà en couilles. Il y avait déjà des officines caritatives ; entre le secours populaire, celui catholique, et d'autres moins connues... J'ai d'ailleurs été bénévole quelques années. C'était rajouter un étage de plus, qui a surtout servi de façade publicitaire à quelques artistes ; empêché de crever quelques personnes certes, mais qui eussent trouvé aussi bien ailleurs. Au bout du compte, je me dis que tout cela est un mythe de plus ; un moyen de donner une couleur "de gauche" au coeur qui voudrait en revendiquer le monopole. Maintenant que je suis dans la merde, je vois bien que la générosité n'est pas affaire de couleur politique, ni de conviction religieuse. Elle dépends des valeurs propres à l'individu. En politique aussi, c'est pas le parti qui fait l'homme, c'est l'homme qui fait l'action sur le terrain, en fonction de ce qu'il est lui. J'ai connu des politiciens de très près, au point que j'en ai même eu pour potes ; j'ai vu ce que ça valait de près, je sais de quoi je cause. Et je peux approuver quelqu'un sur un sujet précis, puis le désapprouver sur un autre. C'est pour ça que je ne m'inscris plus dans une perspective d'apartenance. Quel que soit le système, il y aura toujours des oeufs cassés, des désillusions, des ratages, des impossibilités. Le bonheur absolu pour tous est une illusion ; pas même une utopie, une illusion. Aujourd'hui plus qu'hier encore où la pensée est confisquée au profit d'une normalisation à l'aune des dérives morales.

 

drapeau 17

 

NDLR : première image : capture sur le net. En dehors de ça et de la capture d'écran, les autres images sont des créations perso ; en dehors de la dernière, elles ont plusieurs années ; du temps où j'espèrais encore gagner de l'argent avec ça, mais personne n'a voulu de moi... Qu'est-ce que c'était que ce vieux con illettré qui venait casser les burnes des gens instruits avec 300 mots mal orthographiés à leur vocabulaire ? On veut du top tendance bordel !