CROBARDURES

27 avril 2017

En marche, vous avez dit en marche ?

EN MARCHE_6Non, monsieur Macron, nous n'avons pas eu besoin de vous pour nous mettre en marche. Depuis qu'un singe s'est dressé sur ses pattes de derrière pour jeter une pierre à Abel, nous marchons. Nous vivions bien peinardement auprès de l'arbre et le serpent est venu susurrer des paroles doucereuses, puis le pourvoyeur de nourriture, l'agriculteur, s'est vu insulté dans ses offrandes de légumes qu'il avait mis tant d'amour et de sueur à produire ; alors il a voulu se venger du pasteur dont les bêtes mangeaient ses productions et, puni, a été chassé. Alors il a marché, tel le juif errant, il a marché jusqu'à aujourd'hui. De place en place il a édifié des cités pour se réfugier mais a toujours dû repartir et sa descendance, plus nombreuse que les étoiles, a peuplé la Terre.
Ce monde, monsieur Macron, nous l'avons construit, avec nos mains, notre sueur et notre sang. Pour lui, nous avons donné notre vie dans les guerres que les avides comme vous ont provoquées ; faisant mourir les pères, les frères et pleurer les enfants. Nous l'avons bâti en saignant la Terre pour votre profit, pris au piège de la nécessité ; du manouvrier au prolétaire ; nous n'avions que notre force de travail à proposer ; produisant de l'or pour les bénéfices que vous avez accumulés. Mais parce que la foule ne pense pas, vous avez parqué le troupeau et au lieu d'organiser un monde où chacun aurait selon ses besoins en fonction du disponible et participerait selon ses moyens, vous avez imposé votre loi sans âme. Et vous voulez aller plus loin, toujours davantage saigner les dernières entrailles disponibles de notre monde agonisant pour votre profit et surtout votre plaisir. Les transhumanistes qui vous poussent en avant se rêvent Éloïs, vous nous projetez Morlocks(1), diluant au vitriol l'homme dans un univers artificiel d'OGM, de créatures bioniques, de robots et de profits boursiers tandis que la main d’œuvre taillable et corvéable à merci continue de verser son sang dans les caniveaux pour faciliter l'accès au pétrole et aux minerais. Ceux qui n'en peuvent plus, fuyant sur des radeaux de fortune loués ou vendus par des pirates qui en réinjectent les profits dans les consortiums qui vous soutiennent et vous financent. Ces mêmes naufragés qui n'ont d'autre horizon, quand ils y survivent, que des parcs normalisés pour qu'ils n'aient pas trop l'air de camps de concentration. Naufragés qui sont autant de descendants de Caïn, comme nous, et servent de pâture à votre adversaire déclarée, mais avec qui vous finirez par vous allier dans une cohabitation de raison pour garde la mainmise et le contrôle. Puis ça nous fera un rentier à vie surpayé de plus à charge. Nous en avons déjà quatre, ce n'est pas assez.

hamelin 1804B2

Nous n'avons face à votre slogan ironique que cet autre choix malodorant de la haine du prochain pour alternative idéologique ; parce qu'en ce qui concerne l'économique, il n'est nulle part question d'épargner la Terre, ni de répartir de manière équitable les profits d'un capitalisme sauvage qui prospère sur le gaspillage et l'inutile. A elle la ségrégation ethnique, à vous la ségrégation sociale générale.
Marine Le Pen, comme vous, exploite les peurs et les fantasmes d'un monde où « La tragédie est qu’il n’y ait plus d’êtres humains, mais d’étranges machines qui se cognent les unes contre les autres. » comme le disait si bien, il y a déjà quelques décennies, l’écrivain et cinéaste Pier Paolo Pasolini.
On exploite le filon d'or de la division en castes, classes et idéologies pour mieux régner et s'engraisser sur la sueur et sur le sang des martyrs, depuis des décennies. On essaie de nous faire croire qu'un maître sera meilleur qu'un autre. Les Allemands ont d’abord cru qu'Hitler était un homme de paix ; puis aveuglés et emprisonnés par la grégarité et l'effet de masse ils ont suivi...

Capture 27 04 2016

Ci-dessus, capture d'écran d'une publication relayée sur FB il y a un an jour pour jour. Les leaders sont des boutiquiers qui savent mieux que les autres retourner leur veste. Combien de gauchistes sont passés à l’extrême droite sous Pétain ? Laval le plus connu... Avant ça Aristide Briand fut anarchiste avant de se ranger dans une formation plus "présentable" ; Mussolini aussi, ailleurs, fut anarchiste... Plus près de nous on a vu l'inverse ; le plus connu Mitterrand, décoré de la Francisque et ancré très à droite, croix de feu, qui se recouvrit du manteau socialiste, sous le couvert duquel il fit fraternellement dynamiter le Rainbow Warrior ou, dans une débauche de moyens phénoménaux arrêta le nuage de Tchernobyl avec l'aide des petites mains d'Alain Madelin entre autres ; celui là même qui vous soutien aujourd'hui, monsieur Macron *;) Clin d’œil.
Tant que de pauvres bougres goberont les étiquettes pour définir les hommes, le clampin de base sera dupe. Ces gens là gèrent leur carrière au mieux de leurs intérêts du moment et du vent qui passe. La foi aux politichiens c'est juste de la croyance. Le croyant c'est vous, idiots utiles selon le mot de Lénine. Vous tirez les marrons du feu selon le mot de Trotsky (in "ma vie" son autobiographie). C'est ce qu'il disait, ce dernier, en particulier des nihilistes et de quelques autres, conscient qu'ensuite les bolcheviks ramasseraient la donne.
C'est à ce jeu-là que vous jouez monsieur Macron. Jouer sur la peur pour engranger des bénéfices.
Je ne marcherai pas pour cela Monsieur Macron, pas plus que je ne marcherai pour votre concurrente. Y'en a marre de ce système où tous les pouvoirs sont confiés à un seul homme sensé être omniscient et avoir compétence en toutes matières ; en tous domaines ; appuyé par des conseillers de l'ombre, que vous tout particulièrement, mais votre concurrente aussi, puisque ni l'un ni l'autre n'avez de maillage législatif, voulez mettre au gouvernement. Ces « membres de la société civile » qui sont, comme vous, les instruments de groupes financiers, de groupes industriels, de banques, d'intérêts privés.
Je ne marche plus dans ce jeu Monsieur.
Je marcherai certes, mais pas pour votre compte. Je serai debout, comme toujours, pour essayer de promouvoir un autre monde. Pas que je croie réussir, mais qui ne tente rien n'a rien.
Une société fraternelle, ouverte à tous, aidant les jeunes à devenir des citoyens à part entière où chacun aura sa place ; un partage équitable des richesses, un monde sans nucléaire, sans OGM... Où l'on s'apercevra enfin que le sang de chacun est rouge et ne doit pas être répandu en vain. Que chaque créature humaine est égale et promise à la même fin.
Cette société, ce n'est ni avec votre adversaire, ni avec vous que nous la construirons. C'est entre nous, sans cadre et sans parti, au travail, au café, au magasin, dans la rue, dans les rapports humains immédiats. Nous ne sommes pas nombreux ; mais nous sommes les gouttes qui useront la pierre du cœur de vous et vos pareils ; y compris celui de votre virago d'adversaire.
Il y a quelques anges sur Terre, y compris dans ma ville... J'en ai rencontré un ce matin. J'ai rarement vu autant de sollicitude que ce matin. Mais c'est une autre histoire... J'écris ça, mais au fait... Vous n'avez pas encore gagné, et vous êtes loin d'avoir une assemblée aux ordres... *;) Clin d’œil Non que la victoire de votre concurrente me réjouisse, non, mais pour une fois que Hollande a raison ; gagner cette élection n'est pas à la portée d'un amateur. Tous les matins je me réveille en disant : "Qu'on me dise que c'est un cauchemar ! Que je vais me réveiller !"...Dans ma misère, je n'ai rien à gagner et tout à perdre de l'un comme de l'autre ; mais je pense surtout à la patrie. Mais je suis bien conscient qu'en réalité, ce sont les hommes qu'il faut changer. Si vous et elle en êtes là, c'est que la peste est dans les esprit, bouffant les âmes... Et je repense à la prédiction de Marthe Robin, que respectait De Gaulle mais que la gauche raille sarcastique ; cette gauche qui nous a mené là : "La France tombera plus bas qu'aucune autre Nation"... Lorsque je l'ai lue, la première fois, il y a longtemps que j'avais eu mes premières visions qui allaient dans le même sens. Macron Président, ce sera le dernier fossoyeur, comme Le Pen présidente... Vous n'avez pas encore gagné Monsieur le marcheur virtuel, à mettre en regard de Monsieur Lasalle ; un marcheur lui, comme nous ; que les électeurs ont méprisé ; preuve encore une fois de ce qui anime les esprits. Ses idées, qui sentent un peu la lavande des armoires de ma mémé, valaient bien les vôtres, Monsieur.

horloge

 (1) Allusion à la civilisation imaginaire dans « La Machine à explorer le temps » par H. G. Wells (1895 , maintes fois réédité depuis)
NDLR : ci-dessous, photo trouvée su FB ; le reste, en dehors de la capture d'écran, sont créations perso...

ANGE


24 avril 2017

UBERISATION

Capture UBERSi l'upérisation des denrées c'est leur mise en conserve par dénaturation, son équivalent pour les hommes c'est l'ubérisation. L'ubérisation du travail c'est le mépris de l'homme, du pays, de ses valeurs, et du travail Et comme par hasard, au lendemain du premier tour, l'action d'UBER, soutien à Macron, monte en flèche. Entre la peste et le choléra, entre la vérole et la chtouille, on l'a bien profond. Il est vrai que le choix était cornélien, je vous l'accorde ! Il eût fallu s'afranchir du lavage de cerveau télévisé... Ce qui vous est difficile.
Ce jeu de représentation permanente où le candidat est un acteur, un bateleur comme je disais ces derniers mois, est affreusement pervers. Vous votez à la séduction, à celui qui vous enjôle le mieux porté par les médias propriété des banquiers.  Tant qu'on votera pour des hommes au lieu que de voter pour des lois, au jour le jour, on n'en sortira pas. Et encore...
Je sais qu'on avance toujours dans la même direction depuis quelques années : La misérabilisation du pays.

Don Quichotte

Nos forces vives appartiennent à des puissances étrangères ; entreprises, clubs sportifs et même nos vignobles ! Face à ça, les gouvernants n'ont plus qu'un rôle de police pour contenir le mécontentement. Dans quelques mois au plus, le mécontentement sera tel qu'il faudra taper dans le tas des émeutes et ça va pas arranger les choses. A quoi bon me mobiliser pour des causes perdues d'avance ?

hamelin 1804_3

Pour l'instant vous allez choisir entre le joueur de flûte d'Hamelin et la sorcière... Et la nature continuera de crever, et les malheureux de subir.
Quelques micro-attentats maintiendront la parano et justifieront la main de fer du contrôle des masses, mais ça ne saurait suffire à contenir des gens épuisés par une vie où ils seront les dindons. Habitués qu'ils sont à se la jouer apparence de la mode et gaspillage, comme je dis sur Canal-Décharge, ça va être très dur pour eux ! La ségrégation sociale déjà bien développée va encore prendre de l'ampleur, avec la haine du bouc émissaire comme corollaire. 
En ce qui me concerne, je ne vis déjà plus que de récup, ça changera pas grand chose...
Je me demande juste combien de temps j'aurais le courage de vivre dans une France qui pue le caniveau...
Demain les loups vont s'allier, face aux désordres, et le jeu de « je t'aime moi non plus » entre les ennemis d'hier va tourner à l'alliance objective pour maintenir la façade d'une nation qui n'est déjà plus qu'une fiction. Rendez vous en enfer.

MACRON 1912B

 

Place au terrain

chevaux 4Quatre cavaliers de l'Apocalypse, comme je les percevais, et la démonstration des limites du système électoral tel qu'il est qui en résulte. J'étais contre le principe des primaires et j'avais raison : il a accouché de canards boiteux. Le reste résulte du traitement inégal des médias en fonction de l'importance qu'ils accordent aux candidats. A leurs yeux, seuls ceux qui ont des financiers derrière eux valent quelque chose. D'où un quarteron de pignoufs emplumés ; le reste résulte de la haine au quotidien qui nourrit les esprits depuis des années pour les uns, et du consumérisme comme religion pour les autres.
Dans un de mes derniers post, il y a déjà quelques jours, je ne sais plus lequel, je disais que ce n'était plus dans les urnes qu'était le combat ; ce qu'il fallait c'était défasciser les esprits, dans la rue, au travail, au magasin, au café, dans la relation humaine immédiate. La stratégie des grosses manifs de rue par ailleurs s'est complètement viandée. J'étais à Strasbourg, y'a 20 ans ; la plus grosse qu'on ait connue, européenne... Bon, ben voila quoi... J'ai 40 piges de résistance à cet état qui a gangrené les esprits, qui est là même chez des qui n'ont pas voté Le Pen ; il est là aussi chez les macronistes purs et durs ; sans compter, comme je l'ai écrit sur mes blogs, ces relents transhumanistes qui veulent réduire l'homme à l'état de chose, de simple rouage d'une machine infernale, à coups d'OGM, de bionique, et de spéculations boursières. On y est.

Capture 20 h 7 mai_B

Dans mes deniers papiers je parlais de « triangle des Bermudes »... Il est quand même marrant de constater qu'étant Sagittaire et Lion, nos deux finalistes constituent ce qu'on appelle en astrologie un trigone, soit le coté d'un triangle constitué de trois signes cardinaux. Marrant ? Pas tant que ça... Mais je ne vais pas approfondir plus avant.
Le destin du pays est scellé. Je le disais, je le savais depuis longtemps. J'ai tout de même voté ; je disais que je ne savais pas ce que je ferais, c'était de l'intox pour brouiller les pistes ! La réalité est que je vote toujours pour mes convictions qui n'ont rien à voir avec le destin du pays. Comme Jaurès en somme : je pourrais savoir le pays à quelques heures de la guerre, je continuerais à soutenir la paix. Vous comprenez ?
Donc, au prochain (prochiant) tour je me déplacerai. Cette fois ci je ne vais pas maquiller la vérité : vous vous croyez dans le piège de 2002, mais il est bien pire !Les loups s'entendrons sur le dos des agneaux sur fond d'émeutes et de faillites...

la mouise

Ci-dessus, ce que j'ai publié la veille du pemier tour.
Et je ne veux ni d'une société ni de l'autre... En conséquence, et puisque je ne suis pas sodomite, je voterais blanc ; mon combat sera dans la rue, au quotidien, comme en matière d'écologie.
Ça a peu d'espoir, mais c'est juste histoire de mourir debout avec mes convictions.
Les grandes manifs de rues, infiltrées par de pseudo-antifascistes qui mettent le feu aux bagnoles, cassent les vitrines, ne feront qu'envenimer la situation.
Il y aura en principe des législatives ; le devoir de tout citoyen honnête est d'y participer pour tenter de rééquilibrer les choses.
Je dis tenter, parce qu'il aura peu de pouvoir le parlement face à des gens qui ont l'intention de le court-circuiter par des décrets et des référendums dont la seule vertu, pour ces deniers, sera d'exacerber les passions ; et donc foutre le pays à feu et à sang.

resultat1

resultat 2

J'ai mis sur FB plusieurs dessins avant la publication des résultats qui en disait long sur ma vision du destin... (ci-dessus)

Marianne fais gaffe_3

marianne fait gaffe

Par contre, ces deux là ont pour l'un plusieurs jours et le second plusieurs semaines, parus sur FB je crois.
Je parachève brièvement ce regard pendant que je peux encore publier. « On » m'a fait grâce jusqu'ici parce que ce « on » espère des dispositions plus contraignantes afin de m'éliminer du circuit. Le temps des démerdes est fini... Dans quelques temps, faute de pognon, je disparaitrais des écrans radars. Faute de santé, je n'y survivrais pas. Je suis prêt.
40 ans de prises de position contre des idées à la con n'ont servi à rien. Normal mon général, c'est le destin. Tout est écrit depuis longtemps ; depuis qu'on s'est gouré de route en matière sociale, économique, industrielle, écologique. On n'a pas arrêté de persister et signer. Chaque pas fait des dégâts collatéraux.

1848_2

Comme "par hasard", ce 23 avril était un anniversaire...
Nous venons de franchir le seuil d'une nouvelle ère... Je suis bien content d'être vieux et malade, je n'y resterai pas trop longtemps. Ce qui est dommage c'est de souffrir. Bonne chance... Je voudrais y croire...
Le scénario actuel, je le coyais même arriver plus vite ! Je le pensais dès 2001 et j'avais peur qu'il s'amorce dès 2003 ; dans ce scénar, dont je voyais des perspectives plus larges puisque j'y parlais aussi de la Grèce et des USA, je l'ai décrit en novembre 2001 à Yourgos Sifakis, un psychologue Grec vivant en France... Lui aussi a cru que je délirais. Avec moins de détails j'en ai parlé à d'autres... Je puis donner des dates, des noms... Alors vos pièges à cons, gardez les vous. Je soutiendrai mes idées tant que je pourrai, tout en sachant le vent contraire... Mais je me dis à l'instant que continuer à écrire ne servira pas à grand chose... Au fond je ferais mieux de décrocher de la toile et aller faire la manche pour survivre, de manière plus intense que maintenant puisque dans mon état de santé je n'ai aucune chance de retrouver un travail ; si on y ajoute la perspective politique, autant prendre une corde, tiens !

Guy Gilbert_2

21 avril 2017

Pérette et Perrine sont dans un bateau

perrette 3Je suis très énervé, je n'arrive pas à dormir, alors autant complèter mes derniers papiers. Ceux d'ici, et sur Canal-Décharge. Je voulais de toute façon vous reparler de Perrette évoquée précédemment. Moi qui écrivais que je redoutais que des attentats viennent foutre les élections en l'air comme je l'ai dit ces jours derniers, je suis servi ce soir ! Et c'est pas fini le cirque ! Foutre les élections en l'air c'est le même Judas Iscariote qui a tiré le surin dès l'amorce du quinquennat Hollande, a poursuivi sa charge contre Fillon (qui le méritait sans doute) et Hamon... Du moins je pense... Et Perrette donc...
Quand Perrette eût cassé le pot au lait de La Fontaine, elle se fit Perrine digue donda dondé !
Ce qui ne lui a guère profité. A compter les œufs dans le cul de la poule on risque de grosses déconvenues, comme à trop jouer les cigales on s'égare ; mais les fourmis ne sont pas mieux loties qui meurent avant d’avoir existé...
Nous avons les pieds dans la merde et je me demande quelle corde pourra nous en tirer ; celle pour se pendre peut-être... Il paraît que ça porte bonheur la corde de pendu. Au pied du gibet poussent des mandragores ; rationnellement c'est normal, vu l'apport d'azote dû aux déjections des suppliciés et le piétinement qui empêche tout ce qui est fragile de se développer. Symboliquement ça vous donne une image de fin d'un monde et de porte sur un autre... Le seul en lequel je place un peu d'espoir, parce que je commence vraiment à me demander ce que je pourrais foutre dans celui-ci, même si je guérissais.

VOTEZ & PAYEZ_2

C'est plié ! On ne sortira pas indemne des événements actuels. La 5° Marianne est morte, de toute façon elle a tellement été remaniée... Oui, cette nuit encore je me demande si les élections iront à leur terme, et si elles y vont, de toute façon c'est vert caca d'oie... On va en chier. Adieu France, cher pays de mon enfance. C'est pas parce que on a gardé le prénom que c'est la même chose. Au fait, je me demande comment les consommateurs dilapideurs évoqués dans J'ai rêvé d'un autre monde et dans Agneau de caniveau, vont pouvoir s'en tirer... Ma Réflexion politique et les précédents n'auront servi qu'à me défouler. L'énigme de Pâques ; Pouvoir au Peuple ; Et si Jésus votait ? Etc...
De toute façon, ça sert à quoi d'autre quoi qu'il arrive ? Ce blog est un prout dérisoire dans le vide qui n'intérresse que quelques potes... En matière d'élections je compte pour une voix marginale étant donné que je ne voterais ni pour Fillon, ni pour Le Pen... A mon avis elle est surévaluée, mais avec les derniers évènements, ça va lui donner du grain. Les gens réagissent tellement de façon simpliste. Ils n'aprennent rien de l'Histoire, y compris récente. Je me demande si Marianne ; pardon Perrette ; ne pourrait pas casser le pot au lait ; accomplissant la vengeance tant mûrie contre une autre incarnation de la jeune fermière... Surfant sur l'ignorance.
Vous vous croyez informés, mais aucun de nous n'apréhende la réalité, en particulier en matière de dossiers internationnaux. Hors on nous parle plus de ça que des problèmes de notre quotidien et de la réalité du citoyen lambda ; ou alors à coups de poncifs...
Je me souviens d'une autre campagne. Y'a longtemps, je bossais chez PSA à l'époque. A la pause je déconnais à plein tube avec un collègue qui me la jouait facho ultra à côté de qui le vieux le Pen eût passé pour un gauchiste. C'est là qu'un de nos chefs est venu se mêler à la conversation. Et moi je fais : "Chef, il est légèrement à la droite d'Hitler le monsieur là"... Et le chef de choper la balle au bond : "Bon, ben il a raison, on va te passer à la chambre à gaz"... Bien sûr, c'était de la déconnade... Tous les deux étaient syndiqués à gauche et je le savais. Quoiqu'il y a de drôles de titis à gauche, vous ne le savez peut-être pas. Non, beaucoup ne le savent pas ! Et après on a discuté plus sérieusement. Tous deux, pourtant loin d'être incultes, m'ont avoués ne pas bien comprendre ce que débitent nos bonimenteurs... Alors aujourd'hui, que les choses se sont énormément compliquées, que doit-il en être pour des français moyens même intellectuellement développés comme eux ? Et les pauvres qui n'ont pas eu la possibilités d'acquérir des bases suffisantes ? Et c'est sur l'aléatoire de l'appréciation de gens qui ne comprennent pas tout ce qu'on leur dit ; en s'ingéniant en plus à brouiller les cartes ; qu'on fait reposer le devenir des nations ? L'avenir de la Terre donc ? Faut pas s'étonner si le pot à lait nous échappe...

PERRINE

20 avril 2017

Complément d'objet direct

DRAPEAU DECHIRE8J'inscris ce post dans la continuité du précédent...
Bien qu'il certainement for probable que la prétendue femme de ménage de l'Hexagone soit surévaluée ; on se la joue tout de même chevauchée triomphante de la walkyrie sauvage qui prétends comme issue faire ; au même titre que son pendant dit de gauche ; table rase du passé. D'un coup de gomme effacer 70 ans d'histoire en désignant à votre vindicte le bouc émissaire qui a temps contribué à construire vos maisons et nettoyer vos trottoirs. Aujourd'hui les fils d'éboueurs deviennent ingénieurs, et ça vous rends jaloux, vous qui vous noyez dans l'inculture ; suffit de voir ce qu'elle est devenue la culture ; ce n'est pas qu'une faute de médias : on vous vends ce que vous voulez bien acheter.
Quand j'ai vu dans les revues objectives que vous préféreriez voter ; pour au moins 40 % d'entre vous ; pour quelqu'un qui préfère sauver les rats d'égouts plutôt que les miséreux, c'est à se poser quelques questions...
Faire table rase du passé c'est plonger dans le chaudron où cuisent les grenouilles...

Contes et légendes - Le principe de la grenouille dans la marmite d'eau - Olivier Clerc

Imaginez une marmite remplie d'eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite. L'eau se chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager. La température commence à grimper. L'eau est chaude.

http://sechangersoi.be

Au tout début des années Hollande, une vanne circulait sur les réseaux sociaux :
« Sarkozy nous a fait regretter Chirac, Hollande nous fait regretter Sarkozy, t'imagines le blaireau qui nous le fera regretter ? »
Ben on y est ! Sauf que j'ai pas vraiment regretté. Pour moi c'était un peu la continuité et cette division en droite et gauche ça me fait immanquablement penser à ce fameux poème « J'accepte », vous connaissez ?

Contrat tacite des gens qui dorment

Le système mis en place dans notre monde libre repose sur l'approbation tacite d'une sorte de contrat passé avec chacun d'entre nous, dont voici le contenu.

http://www.syti.net

Depuis Pasqua et son « la peau lisse fait son travail » ; celui des intérêts bien compris, souvent même à son corps défendant, obéir ou trahir est un cruel dilemme pour ceux qui sont dans les petits papiers. Les nuages radioactifs s'arrêtent aux frontières parce qu'ils n'ont pas de papiers ; depuis les années Mitterrand et son attentat contre Greenpeace, je sais combien, au nom de la raison d’État, nos maîtres peuvent être retors. On arrête des dissidents pas toujours menaçants pour bien montrer quel danger il y a à être différent. Criminaliser l'adverssaire pour mieux le déshumaniser, sans jamais analyser ses raisons. Constante depuis... 1871 ? 1793 ? Avant ?
Vous conchiez le message des Évangiles mais êtes prêt à gober le baratin d'un menteur quel qu'il soit dont on sait que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent. Quand ce n'est mensonge, c'est inopportunité parce qu'on ne dirige pas seul, sans vents contraire, et en particulier ceux d'autres intérêts. Du coup le roi se retrouve comme Perrette (1) et son pot au lait . Il a bâti des châteaux en Espagne qui n'étaient que pâtés de sable.
N'importe comment la politique se fait à la corbeille, même lorsqu'ils ont l'air de défendre un « droit » (on parle bien rarement de devoir), il cache bien des intérêts cachés.

ZINZIN

Ils vous promettent la lune, c'est surtout la leur qu'ils visent... C'est pour ça même qu'ils ont l'air d'y être déjà ; ils rêvent à leurs matelas dorés d'où ils supplieront Pierrot de leur prêter la plume pour nous écrire un mot..
Le rôle d'un Président serait d'incarner la France en tant que Nation ; il est devenu celui d'un boutiquier qui passe sa vie à nous ôter des avantages qu'on a pour nous pourvoir d'inconvénients qu'on n'avait pas.
Je vous invite à lire à mes précédentes publications pour plus d'informations sur mes positions ; quant à mes prédictions, elle me font tellement de chagrin, que je préfère ne rien dire. Ceux qui se souviennent des anciennes ; toujours édulcorées autant que se peut ; comprendront que de toute façon, on va pas se marrer dans les lendemains qui viennent ; sauf les rêveurs qui prennent les vessies pour des lanternes... Lanternes sourdes qui jettent une lueur rougeâtre sur des rues désolées comme autant de veines irriguant un monde dénaturé.
Je conclus comme mon précédent : je ne sais pas si je vais voter, pour qui je vais voter ; je sais juste que je me déplacerai si je suis assez solide pour tenir debout, et que si je vote quelque chose, ce sera contre plutôt que pour... Le crépuscule de cette parodie de l'ancien régime a sonné ; je ne le prise guère, mais je me doute que ce qu'on mettra à la place un de ces quatre ne sera pas mieux et nous le fera regretter...

perrette 2

 (1) La Laitière et le pot au lait est la dixième fable du livre VII du second recueil des Fables de La Fontaine, édité pour la première fois en 1678. Encore édité aujourd'hui. Ma maman me le lisait au berceau et cette histoire me plongeait dans un tas de réflexions...
NDLR : les illustrations sont des pastiches personnels d'illustrations existantes, sauf la première qui est une création de bout en bout.


19 avril 2017

Réflexion politique...

candidats mercrediEn attendant la suite de mon papier sur Canal Décharge "Agneau de Caniveau" , je poursuis ici ma réflexion politique. Enfin... "réflexion" est un bien grand mot, redondant et pompeux. J'en vois parmi vous qui ont des certitudes et sont prêt à donner l'absolution sans confession à des polichinelles dont l'histoire ne me réconforte guère. L'image au dessus là, c'est une capture d'écran de la page électronique de la Nouvelle République... Je l'ai un peu déchirée pour mieux souligner ce que j'ai ressenti quand je l'ai vue. J'ai pu enfin mettre des mots sur ce qui me fichait mal à l'aise depuis des mois ; toute la violence de cette campagne qui la bat à plates coutures et abreuve nos sillons d'un ruissellement nauséabond de chiasse molle. Je n'en peux plus de cette bande de malotrus. Ce quarteron mis en avant qui éclipse tous les autres. Guignols voire mythos pour certains, mais qui ont autant d'intérêt que ceux-ci.
Quatre hobereaux félons (ter). mamita mia
 Sont en rébellion. (bis)

- Quand Noël sera venu...
- Vous n'en voudrez plus.

HAMON 1B3

Déjà y'a le malheureux canard boiteux sensé incarner la volonté du peuple de gauche et qui se fait conchier à longueur de journaux télévisés par une opinion versatile et si facile à retourner... Il est pourtant le résultat de la primaire ! Quand je vous disais que j'aimais pas ce principe des primaires, hein ? Je me doutais que ça accoucherait de malentendus parce que les appareils ne veulent pas de la voix du peuple en réalité ; ils veulent la formater. Pour un peu je le plaindrais voyez vous ! Comme Hollande. On sait depuis un peu plus de cinq piges ; j'en ai parlé dès 2011 ; que j'aimais pas bezef votre Toumou comme vous l'apppelez et dès l'époque j'écrivais "Que vas-tu foutre dans cette galère pépère ?" puis le jour de son élection (publié à 20 h 01) j'ai écris "les couteaux des Iscariotes sont déjà tirés"... Ça se vérifie depuis et encore à présent... Hamon c'est du kif : poignardé dans le dos avant même sa victoire...

MACRON 2

C'est pour ça qu'on a pondu un prestidigitateur de derrière les fagots, qui bafouille et qui dit que ça mouille. Un rien d'esbrouffe, avec les scories des raclures de fonds de tiroir de toutes les tendances. Ce que je vois surtout c'est l'omniprésence des transhumanistes dans son appareil. Ca vous est indifférent, mais vous êtes comme des gosses qui jouent au toboggan... Du moment que ça descend... Le transhumanisme, outre dénaturer l'homme, est un asservissement par l'argent... Votre biologie et votre conscience soumises à la loi du fric, et plus seulement vos alimentations et consommations... Il n'est pas dans le jeu traditionnel, il est ailleurs, dans un ailleurs de science fiction qui me fait peur.

melenchon 1

Le "camarade" Jean-Luc n'a pas voulu le jouer lui non plus le jeu des primaires. Sous ses airs de nostalgie d'utopies obsolètes se cache ni plus ni moins que le programme économique proposé par le Grand Orient dès... 1997 (j'ai l'opuscule interne qui en parle : un biffin ça possède tout et n'importe quoi). Je ne vous dirais pas si c'est bien ou mal ; l'économie, comme vous, je ne la fais pas je la subi. Comme pour s'identifier, il a brandi un rameau le jour des Rameaux et des chrétiens s'y sont laissés berlurer ! Ce rameau est un signe d'identification et reconnaissance au sein du G.:O.: ; obédience non reconnue par les autres franc-maçonneries parce qu'elle s'occupe essentiellement de politique et de social, tandis que les autres ont une dimension spirituelle. Celle là ce serait plutôt le contraire. Ça me fait d'ailleurs terriblement marrer parce que nombre de ses électeurs voient dans ce qu'ils appellent le "système" une dimension de "complot-maçonnique" et croient que le camarade va les en libérer...  (je parle de gens que je connais). Quand à ses projets économiques, ça aurait pour conséquence de nous mener à un flicage exacerbé. Et puis je suis bien content moi, que du fait de l'€uro on n'ait plus, au moins en Europe pour une partie, à s'acquiter de frais de change ! Ses projets sociaux, y'a à boire et à manger, du bon, du carrément mauvais...Bon, enfin, vous vous démerdez, vous verrez bien... Au fait, le "Phi" qu'il utilise, c'est aussi un signe en rapport avec la magie cérémonielle..; Vous me direz qu'il n'y a pas pensé... ben voyons... Aussi je voudrais dire qu'au contraire de lui, je ne fais pas de distinguo dans la souffrance des opprimés. C'est bien gentil de soutenir la Palestine, mais le Tibet est à la même enseigne, ne lui en déplaise ! Comme Raffarin, il cire les pompes de la Chine... J'ai pas oublié ses propos au moment des JO de Pékin sur le sujet...

francois-fillon_0

Sa seigneurie Picsou ; parce que Mandrake, non, franchement, j'ai trop aimé Mandrake quand j'étais môme ; et c'est pas un magicien, juste un mec habile à faire disparaître le pognon dans les fouilles de sa femme. Sauf que Picsou est plus avare que lui parce qu'il est pas foutu d'avoir une femme... M'enfin à part ça... Dire que y'a des catho pour s'y raccrocher, préfèrent croire que tout ce qui a transpiré ce sont des bobards. Ils me font mal au ventre. Moi j'ai pas varié depuis mon papier sur lui...

Marine-Le-Pen

Pis y'a la fée Kadesbrosse ; à reluire ? Reluire la haine, le dégoût, les rancoeurs, et appelle bouc tous les fantasmes que vous grossissez au point qu'ils paralysent toute objectivité. Vous voulez achever notre tiers-mondisation ? Allez y, projetez vous dans les bras de la mamma. Sans compter les désordres qui vont en résulter par émeutes interposées, oeuvres de toutes sortes de radicaux qui se croiront, pour les uns, latitude de "nettoyer" le pays ; pour les autres de sauver les ruines des Gaules, et enfin les derniers nous sauver coûte que coûte...  J'entends déjà mugir les moutons de Panurge...

ANARCHIE URNE

J'emprunte l'interlude à la Fédération Anarchiste ; pas que ça me donne de l'espoir ou quoi que ce soit ; le pouvoir au peuple j'ai dis dans un papier ce que j'en crois...

phllippe poutou

Dans ce dépotoir qu'est la liste sinistre des saltimbanques d'une mauvaise pièce de théâtre sur les tréteaux de l'Histoire ; c'est malheureusement pas une fiction ; y'en a un qui est sympa parce qu'il ne se prends pas trop au sérieux. Oh ses vieux rêves sont bien irréalisables, et je ne partage pas toutes ses idées, mais il a cette sensibilité des hommes du peuple, et le sens de l'humour. C'est pour ça qu'il a ma sympathie... Je vais vous faire une surprise je crois : Jean Lasalle lui a apporté son soutien. Hé oui ! Comme quoi... Vous pourrez vérifier encore pendant deux ou trois jours, c'est sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur.  Il voulait une tribune, pas plus, il l'a...

jean lassale 2

Puisqu'on parlait de Jean Lasalle, le voilà. Natif du signe du taureau ; d'où le décor ; ce sera précisément dans ce signe que vont se dérouler les élections ; selon le zodiaque chaldéen toujours employé par la majorité des astrologues ; à la jonction où on récolte la rosée des prés pour l'élaboration de la matière première en spagyrie. Un type qui ne vous plaît pas... Qui ne plaît pas aux médias. Je revois Pujadas se foutre de sa gueule ouvertement. Pauvre naze ! J'aimerai voir ce pignouf marcher des centaines de bornes à pinces avec le sac à dos rien que pour rencontrer les gens, tiens ! J'ai du respect pour cette démarche moi qui ai marché des milliers de bones dans le même équipage ; et aussi en vélo... J'ai monté le Puy de Sancy en vélo par exemple... Traversé une partie de l'Europe aussi. J'aimerais voir Pujadas faire une grève de la faim pour sauver une usine ! Ce qu'il a fait ce député ! Peur de rien, peur de personne alors que je sais bien qu'il n'y croit guère, mais volonté de s'afficher positif pour ne pas désespérer. Et en plus il sait chanter... Au moins le Canto, il l'a prouvé. Ça m'avait beaucoup amusé, et aussi touché parce que voilà, ben le Canto, j'ai eu l'occasion de la chanter debout sur un piédestal... C'était mon dernier Noël à l'école, ou l'avant dernier, je sais plus... Mais je m'égare. Si je devais décerner une prime de courage, ce serait à lui. Je ne débattrais pas de ses idées. C'est sa personnalité qui m'impressionne.

quatre fleurs 2

Ne prenez pas ça pour des conseils de vote... Je ne conseille rien.  Je ne sais même pas si je voterais... ou pas, ou pour qui... Je suis bien emmerdé faut dire. Je rêve d'un autre monde qui ne verra jamais le jour et je suis étranger sur la Terre. Il y a des candidats dont je n'ai pas parlé parce qu'ils sont carrément imbuvables. Excepté Nathalie Arthaud, percluse de bonnes intentions, pense-t-elle, mais qui ne m'intéresse pas parce que le Trotskysme c'est pas ma tasse de thé (j'ai lu Trotsky), surtout dans cette déclinaison ; pas aussi nulle que les lambertistes, m'enfin c'en est pas loin. LO n'a toujours pas pris la mesure des dangers écologiques, et ça me gène. Il est vrai que l'écologie comme la culture sont des laissés pour compte dans cette campagne ; mais eux c'est le pompon. Et puis elle est bien falote au regard d'Arlette. Il est vrai que cette dernière, j'ai eu l'occasion de lui parler personnellement et même d'avoir un échange de lettres dans les années 80... Sous la doctrine il y avait un coeur. Alors bien sûr, ça change tout.
Voilà, nous sommes à une encablure du dernier round de la cinquième ; j'avais écrit sur FB que je redoutais qu'un attentat vienne tout remettre en question ; il semble qu'il ait été déjoué...
Je rêve d'un autre monde que j'irais rejoindre bientôt au royaume des rêves éternels, sur un pont d'arc-en-ciel, par delà les nuages et les toits, les songes et les illusions. Je suis né avec l'Europe, ses soubassements ; j'ai vu naître la cinquième... Les deux agonisent au rythme où ma carcasse se dégrade... Je vais sans doute mourir avec ... Là où je serais, je serais bien, libéré de vos spéculations et rites ampoulés ; de vos spéculations et supposés.... C'est vous que je plains...

COUPOLES Centre spirituel russe à Paris_2B2

16 avril 2017

L'énigme de Pâques

Lumiere dans les arbresL'énigme de Pâques, bien plus que la Passion du Christ et sa victoire sur la décomposition naturelle des corps ; où le sens a plus d'importance que le récit lui-même ; c'est celle qui nous fut révélée le 6 avril 1722 ; Pâques de cette année là ; par le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen : Rapa Nui (« la grande île »), autrement dit l'Île de Pâques. Un monde complètement isolé, où ne poussait pas grand chose. Ni légumes, ni fruits ; il n'y avait pas d'arbres, et pas d'animaux sauvages propres à la consommation éventuelle. Dans l’extrême nord du globe des hommes ont vécus carnivores et piscivores exclusifs sur des terres gelées dépourvues de végétation ; mais là ?
J'ai découvert l'existence de cette terre dans les années soixante, dans une édition de l'Album des jeunes (Sélection du Reader's Digest) ; édition 1966 je crois, mais je ne suis pas certain. D’autre-part, cela ne signifie pas que je l'ai lu en 1966 précisément ; c'était de l'occasion. Celui là, je l'ai possédé en propre, au contraire d'autres, et lu dans tous les sens de multiples fois. Il y avait dedans la méthode pour construire « l'arc de Gamboux » si ma mémoire est bonne. Base qui fut à l'origine de l'arc le plus efficace et le plus précis que j'ai eu étant enfant. J'ai même tué une pie venue bouffer les œufs dans le poulailler avec ! Hé oui, je réagissais en paysan ordinaire en ce temps là... aujourd'hui je me contenterais de lui faire peur.

album1966Cet album, je m'étais débrouillé seul pour l'avoir. Honnêtement bien sûr. Enfant très isolé, je me suis jeté dans deux passions, la nature et la lecture ; la musique aussi, mais je n'eus, en dehors de l'école où deux instits successifs en étaient passionnés ; l'une était pianiste ; nous en ouvraient les portes, et de l’église où les chants et l'harmonium me fascinaient, accès à la beauté des sons que plus tard, beaucoup plus tard.
De fait, très tôt, je mis en place toutes sortes de filières pour me procurer des lectures d'occasion. Gratuitement ou moyennant paiement. Une bonne partie de l'argent de poche que j'arrivais à me procurer y passait en dehors des bonbons (je préparais déjà mon diabète, furieusement). Quand on me dit aujourd'hui : « tu as de la culture », je me marre ! Je la trouve dérisoire au regard de mon ignorance. Cependant j'ai beaucoup lu dès mon plus jeune âge. Dévoré tout ce qui me tombait sous la main, y compris des choses qui ne convenaient guère à l'âge où je l'ai lu. Aujourd'hui il faudrait au minimum un gros semi-remorque pour transporter tout ce que j'ai lu ; pas un de chez nous, un de ces monstres américains customisé qui font la fierté de leurs routiers.
Et donc, l'île de Pâques ayant dès le début constitué une des plus grandes énigmes soumises à ma sagacité, j'ai bouquiné tout et n'importe quoi que j'ai pu me procurer. Du plus terre à terre souvent indigent quant aux explications si mal étayées par des démonstrations jamais confortées d'expériences probantes ; à savoir, refaire l'édification d'une statue parmi les plus grosses dans des conditions similaires ; aux plus abracadabrantes, faisant appel à d'hypothétiques humanoïdes venu des tréfonds d'une lointaine galaxie, pas plus étayées.
Le point qu'aucun n'explique tient à ce dont je parlais plus haut : l'alimentation. Que 4000 gugusses, c'est le chiffre de la population qu'on attribue au territoire au 18° siècle, aient dressé des monolithes dont on sait aujourd'hui qu'ils sont bien plus haut qu'ils ne paraissent ; on les sait aujourd'hui demi-enterrés et pourvu d'un corps sculpté et enterré ; n'est pas plus intriguant que nos menhirs. Déjà là, il y a un sacré problème. Mais ça a été fait, et pas par les Celtes, n'en déplaise à quelques identitaires confusionnistes nostalgiques du simplisme de Michelet. La science génétique a démontré tout récemment que les acteurs du néolithique étaient bruns de peau ; on est loin des Astérix et Vercingétorix, blonds de poils roussis à l'urine de vache ou la chaux. J'ai été heureux d'ailleurs d’apprendre cela. Au delà de mes lectures, je suis allé à Carnac, en 1979 notamment. J'y ai commis un crime et j'ai un témoin. En ce temps là j'étais adepte de la varappe sauvage, ça m'amusait. Je ne savais pas que ça existait quand j'ai inventé la pratique, des années auparavant, le long des murs de notre ferme, tout jeune. Et là donc, j'ai escaladé un des plus gros menhirs ! Debout au sommet, contemplant le champ des pierres levées, je fus pris d'une sorte de vertige qui transporta ma conscience loin dans le temps et envahi d'une vision tridimensionnelle, comme si j'y étais. Je voyais une procession d'hommes vêtus de pagnes, bruns de peau, noirs de poils, portant de grandes torches. Je me dis que je ne pouvais m'être projeté si loin dans le passé, et troublé je redescendis péniblement en tremblotant, tout bouleversé. Pensez si je fus heureux, bien des années plus tard, de découvrir que la science confirmait que les hommes de ce temps étaient des colorés, pas des cachets d'aspirine ! Mais les européens avaient suffisamment de nourriture pour fournir un rude travail et étaient nombreux ! Ils maîtrisaient l'élevage et l'agriculture et en tiraient une abondance suffisante. Une œuvre étalée sur des décennies, voire des siècles, était envisageable, réalisable.
Mais sur l'île de Pâques, que mangeaient-ils ? Pour durer quelques siècles et dresser des effigies dont le sens échappe complètement !
Les Pascuans eux-mêmes ont oublié. Il y a un peu plus de quinze ans, j'ai discuté avec quelques uns d'entre eux ; un groupe de musiciens venus se produire à Jonzac. L'un d'eux m'a parlé de cannibalisme, ce qui le faisait rire parce que, me disait-il, leur peuple est en réalité bien plus pacifique que ne le furent, par exemple, les Papous, et qu'ils ont été surtout victimes de l'Histoire imposée par les envahisseurs.
Quand on y réfléchit, on se dit qu'effectivement, s'ils s'étaient bouffés les uns les autres, ils auraient très vite manqué de vivres.
Alors ? Alors je ne sais pas, voilà.

PAQUES SPIRALE

C'est bien plus mystérieux que le message Christique dont vous avez perdu le sens et qui pour moi, cadre parfaitement à son époque pour la partie relative à la passion. Un prêcheur traqué qui transmet son ultime message un soir où il sait qu'il va être vendu par un pote pour une poignée de lovés ; si ce n'était lui, ç’aurait été n'importe qui, trop le cherchaient pour l'éliminer ; torturé et mis à mort par une bande de salauds. En ce temps là, la crucifixion était monnaie courante pour les blasphémateurs ; ce qu'il est toujours pour certains non-chrétiens ; comme les dissidents politiques (voir Spartacus par exemple). Il était incontournable qu'il soit un jour soumis au supplice. Forcément livré, parce qu'en ce temps où la photographie n'existait pas, reconnaître un homme était difficile quand on ne l'avait jamais vu, et une arrestation discrète, du point de vue des autorités corrompues, était nécessaire. L'arrêter au milieu de ses partisans en plein prêche aurait provoqué des troubles. Rien n'a changé de nos jours, où dans n'importe quelle dictature, n'importe quel militant qui est soutenu publiquement par une mobilisation importante est de préférence éliminé ou incarcéré le plus discrètement possible. Si vous ne le croyez pas c'est que vous n'avez jamais bougé le petit doigt pour quelque cause que ce soit.
Quant à ce que vous qualifiez d'allégorique ou fantastique ; la suite, soit la résurrection, en ce qui me concerne, j'ai vu tellement de choses incroyables, tellement de choses merveilleuses, dépassant la raison raisonnante, miraculeuses, que finalement, ça me semble tout à fait possible. C'est le sens qui compte, de toute façon.
Ce qui compte c'est que je puisse le laisser là aujourd'hui, comme un testament. Mes certitudes et mes doutes. Mes espoirs et mes vœux. C'était pas gagné d'avance. Bébé prématuré mort-né dans des conditions dignes d'un chien galeux abandonné ; il y a quelques années que les toubibs m'ont promis que je mourrais dans quelques mois... Et je suis encore là. Mais la faucheuse arrive comme un vent coulis sous la porte et fait frissonner ma carcasse vieillie prématurément.
Pâques, finalement, c'est ce que disais dans mes précédents messages, sur ce blog et sur l'autre...
Pour moi ce n'est pas une énigme, c'est une réponse.

Comme un tableau_2

15 avril 2017

Pouvoir au peuple ?

 

CANDIDATS 4Les cavaliers de l'apocalypse 2017 sont cinq comme les trois mousquetaires étaient quatre... Il se pourrait qu'un sixième larron sorte de derrière les fagots jetant le trouble dans la foire, et crée l'émiettement qui conduira à la mauvaise passe. Et tandis que les chrétiens veillent l'attente de Pâques, les idiots utiles des sectes politiques entament leurs dernières veillées d'armes.
J'ai vu de vraies gamineries. Des affiches lacérées, à demi arrachées, les lambeaux éparpillés au sol. Conjuration qui confine à la superstition et risquerait même de produire le contraire de l'effet escompté.
Il fut un temps où j'arrachais les affiches, dans mes jeunes années. Mais c'était du travail propre et organisé. Je ne laissais rien sur place. D'ailleurs ça demandait autrement de courage ! Seul ou avec des potes, on suivait l'équipe de collage et on les enlevait fraîches pour être sûrs de pas laisser de traces et dégâts, et on les emmenait. Oh, y'a eu parfois des retombées collatérales désagréables... Ça s'est fini en courses poursuites périlleuses ou en affrontements virils, mais bon, c'était les risques du métier d’imbécile... Le jour où j'ai compris la puérilité de la chose, j'ai arrêté.
Aujourd'hui, le feu gronde dans l'âtre sous les cendres d'une Marianne agonisante.
C'est le plus mauvais scénario qu'on ait depuis 60 ans ; j'en vois pas un pour rattraper l'autre, chacun dans sa spécificité.
Combien de chrétiens comprendront qu'un poisson zodiacal n'est pas celui du Christ ? Et qu'une flamme tricolore celle du cierge pascal ? C'en est même l'antithèse !
Il n'y a pas d'agneau dans cette horde de loups.
Le citoyen lambda ; plus consommateur que citoyen d'ailleurs, de nos jours ; agit selon son humeur, ses ressentiments et ses craintes personnelles. Ce qui est bien loin de la « sagesse populaire » tant vantée par certains, comme Montesquieu qui disait : « J'aime les paysans ; ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers ». Ils ont tant raisonné juste, qu'ils se sont laissés embrigader dans une agriculture industrielle qui aujourd'hui les assassine ! Mais c'est un autre débat. N'empêche que c'est symptomatique. Le troupeau se jette régulièrement dans les bras d'un « sauveur providentiel » plutôt que changer la vie au quotidien.

 

Hirondelle 2017

Une hirondelle ne fait pas plus le printemps qu'un martinet ne fait l'été. De même un élu ne peut créer une nouvelle société à lui seul.
Le « sauveur » vous dit qu'il va tout arranger, et pense d'abord à son prestige, ses émoluments confortables, et sa retraite dorée. Dans quelques jours, c'est quatre présidents au chômedu que nous aurons à entretenir royalement avec nos impôts ! Quel parlement abolira ces prébendes dignes des privilèges des charges d'ancien régime ?
Quel que soit le résultat final électoral, il faudra vivre avec. Il ne changera que nos charges et nos droits, mais ne changera pas la vie.
La paix sociale dépend d'abord de nos efforts au quotidien, dans la vie ordinaire. Au travail, au café, dans la rue ou au supermarché. La fraternité ça se conjugue ici et maintenant, entre nous.
Ce n'est pas une question seulement de pouvoir.
Aucun candidat ne donnera le « pouvoir au peuple », ce n'est pas vrai.
Le pouvoir au peuple ce serait installer dans le concret les idées de Proudhon, Bakounine ou Reclus. On est loin de cette réalité potentielle.
La compassion, la fraternité, dans le concret, peuvent se pratiquer sans attendre, ici et maintenant.
Ce sont les Chrétiens François d'Assise, Saint Vincent de Paul, Joseph Wresinski, par exemple, ou l'Anarchiste Louis Lecoin...
Le peuple n'a pas le pouvoir, mais il a le pouvoir d'agir sur l'immédiat quotidien. Faites comme Ulysse ; attachez-vous au mât plutôt que vous boucher les oreilles. Peut-être alors pourrons nous éviter le naufrage... Peut-être.
Il vous appartient de le faire ou pas, c'est votre choix. Perso, je braillerai la même idée tant que je pourrai piauler. Je me suis bourré d'antalgiques rien que pour pouvoir vous le dire, fauché et malade que je suis... Prenez cette flamme et portez la partout. Pas celle du FN ou des radicaux de tous bords qui veulent faire le bonheur des gens malgré eux. La flamme de la fraternité ; celle de l'amour peut-être même. Là est la flamme du cierge pascal, pas ailleurs !
Le pouvoir « au peuple », c'est d'abord le pouvoir du peuple de changer les rapports humains au quotidien.
Allô papa tango Charlie, nous avons cap sur le triangle des Bermudes où se noieront les Charlot tandis qu'éructeront les chevaliers de la haine, la vindicte aux lèvres.
Un triangle qui ne sera pas celui consacré du Père du Fils et du Saint Esprit, mais plutôt le dévoiement d'une équerre qui, au lieu de délimiter l'espace au carré, nous jettera dans un tourbillon fou.
Il y a déjà quelques années que je me dis qu'il n'y a de salut qu'intérieur, dans le silence des passions, dans l'écoute de l'écho de la Conscience. Je crois qu'on y est... Joyeuses Pâques les poteaux...

 

mimou2

marianne prends garde 0811_B

 

13 avril 2017

Et si Jésus votait ? Juste pour embêter les intégistes ?

CENE 2017 3Voterait-il et comment voterait-il aujourd'hui, celui dont le christianisme célèbre ce qu'on appelle la « passion » ?
D'une scène d'adieu ; homme ou Dieu Jésus savait depuis le temps qu'il était traqué ; les évangiles rendent bien compte du nombre de fois où il fut exfiltré de justesse par ses copains et de sa terreur quelques heures avant son arrestation ; on a fait la Cène commémorée par tous ceux qui se réclament chrétiens. Ils y voient une portée théologique qui confine parfois à la magie mais n'analysent guère le fond des choses.
Lui qui défia, presque seul, tout un ordre corrompu établi ; spirituellement ET politiquement ; ce que généralement la majorité des chrétiens refusent de voir, pour le 2° aspect, tant ils sont confits dans la médiocritude d'un système que nous avons restauré dans toute sa vénalité, pour nombre d'entre eux. CHRIST était Révolutionnaire dans toutes ses dimensions. Jésus n'aurait jamais voté Le Pen, ni Fillon... C'est clair ??? Voire ni Macron ni Mélenchon je crois. Punir les pauvres et ouvrir la chasse aux "cassos", c'était pas trop son truc. Que vous le preniez pour un homme ou un Dieu. Je ne suis pas certain qu'il eût voté autrement que blanc d'ailleurs... Ou alors pour un de ceux que vous tenez pour minables, histoire de "rendre à César ce qui lui revient", comme il disait... Au deuxième tour s'il y en a un... J'écris ça le jeudi saint 2017 au matin... En ces temps de dèche ultime où l'abbé Rézina me sonne le glas, ou les épousailles contre nature avec Borniol, comme vous voudrez, que ce soit de maladie ou de misère, ou les deux conjuguées.

FRISE PAQUES_2Saint jeudi maudit où mon espérance se tient en équilibre au bord de la fosse commune où on va nous ensevelir. Chez nous, Marianne a la grippe et même un gros chou-fleur ; dans le monde où entre Syrie et Corée l'apéro des fossoyeurs est servi. L'invasion de la seconde est programmée. Y'a longtemps que je l'avais envisagée.
Marianne est malade et depuis quarante piges on emploie les même leviers d'épouvante pour conduire au gibet le mouton qui amène docilement au bourreau le couteau de son sacrifice. Tandis que la vraie victime reste la même, comme l'illustre si bien une image (ci-après) dénichée hier sur FB...

jetable

Rétrospective & perspectives...

1981, le FN émergeait autour de 2% dans le même mouchoir de poche que les Verts ou LO. Déjà je pris la mesure du danger et me bougeais sans écho. 1984... Stirbois, Dreux, député européen et je m'étrangle ; 1986 il entre à l'assemblée nationale et j'ai pleuré. Mon ex (oui, séparation 1 peu + tard, vécu 10 ans seul) ne comprenait pas mon chagrin, comme tout le monde d'ailleurs... Pour moi il y avait kkchose de malade au royaume de Marianne...
1997, il y a tout juste 20 ans, le 29 mars ; j'étais à Strasbourg avec 50 000 autres, contre le FN après une pétition qui équivalu à avoir pissé dans un violon.
A la même époque, j'ai dis au bureau du Groupe Écologique de Nemours que le FN serait au 2° tours... Ils se sont récriés. J'étais persuadé qu'il n'irait pas plus loin, que y'aurait une mobilisation sans précédent.. ; Mais ce que je ne disais pas, c'est que je commençais à comprendre qu'on s'était gourancé de stratégie.
2002, le piège s'est confirmé. La seule qui était lucide, c'était Arlette... Hé oui !
Nous sommes en 2017 et mon analyse se confirme : c'est bien beau de « faire barrage », mais ça ne résout pas le problème fondamental. Marianne est malade. Un cancer la ronge de l'intérieur. C'est les âmes et les cœurs qu'il faudrait guérir. Et je n'ai rien à proposer pour ça parce que la réponse ne peut être que collective. Le dégagisme n'est qu'un cautère sur jambe de bois.
Je voudrais tout de même souligner que pour gouverner, il faut non seulement un gouvernement, mais une assemblée. Et ça c'est pas gagné pour l'héritière choyée par les rancœurs. Mais pas perdu complètement non plus. Hélas.

 melenchon_le pen

En face, l'ami de Serge Dassault ; grand braconnier et condamné pour des bricoles par ailleurs ; en col Mao, va nous plonger dans le chaos par réaction massive contre la destruction apparente d'un système pourtant gangrené jusqu'à la moelle. De toute façon, lui aussi a mordu aux dérives abusives du favoritisme des copains et parents, entre autres détails.
Et puis, il y a d'autres urgences que de changer la République. Les urgences sociales déjà, que seuls Philippe Poutou, Florence Arthaud, Jean Lassalle, ont évoqué réellement, concrètement. Parler et faire sont deux choses différentes et les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.
Il y a l'urgence écologique, dont tout le monde se contrefiche dans cette élection. Juste à des cautères sur jambe de bois ; sauf mesures qui sont des mutations technologiques à vue courte mais ne desserrent pas le piège qui s'est refermé à l'échelle planétaire.
François Asselineau & Jacques Cheminade drainent leur lot d'illuminés et complotistes un rien craignos, quant à Dupont Aignan, je connais pas mais ça doit pas être bien brillant. NB : j'ai rien lu de lui pour être franc.
Macron ; l'instrument des banques et des médias ; n'est pas non plus la solution, qui draine dans ses fontes tout et son contraire avec une forte proportion de transhumanistes ; ces tenants d'une idéologie qui soigne la mort de l'humanité humaine.
Fillon, ça fait des semaines que je me suis exprimé... Quand on se recommande de Jésus Christ, on ne pique pas dans la caisse des copains et on ne puni pas les pauvres d'être pauvres. Il draine derrière lui quelques nostalgiques du GUD ou d'Occident, ce qui n'est pas très sain comme références. Ce n'est pas parce qu'il y eût une présence massive de l'Action Française dans la Résistance ; elle ne fut pas que communiste qui la rallièrent, sauf initiatives individuelles, qu'à la rupture du pacte germano-soviétique ; qu'il faut se fier à des robinets vert-de-grisés, qui d'ailleurs sont plus proches des moustaches enneigées que du sacrifice pour la patrie des francs tireurs.
Mon pronostic ? Je l'ai déjà dit : « Allô Papa Tango Charlie »... Nous avons cap vers le triangle des Bermudes. Marianne à bord du Titanic entame sa dernière valse... Il n'y a a pas assez de place pour tout le monde dans les canots et le capitaine quitte le navire en oubliant les femmes et les enfants...
Ramolli a choisi ma ville comme dernière visite hexagonale... C'est significatif...
Mon angoisse reste qu'il est plus difficile à un maquereau de bouffer une sardine qu'il prends pour une ablette qu'un merlu de sortir des égoûts. Je peux me gourancer itou, mézigue, tant je suis flippé ; ma situation comme ma santé n'arrangeant rien de ma sérénité. Je voterai comme aurait voté Jésus, contre mon pronostic, mais pour ce que je pense le moins pire. Pour vous, pas pour moi, pas pour nous. Parce que nous voyez vous, comme tant d'autres pauvres malheureux, nous avons peu de chances de survivre à cette élection bien longtemps ; le pays va tellement se déchirer, et le monde, et le sort des pauvres ne sera pas à envier. Il eût mieux valu ne pas être né. L'opinion générale est plombée par cette idée qu'il faut les punir ces salauds, ces fumiers, ces feignants, ces parasites à cause de qui tout va mal. Allogènes et indigènes confondus. L'idée utopique quoique généreuse, d'un revenu de base pour tous, défendue par Hamon, n'est pas réalisable dans une France en faillite, et la populace n'en veut pas qui rends le pauvre responsable de nos malheurs plutôt que s'en prendre à tous ces guignols qui nous saignent depuis des années, vendant le pays par morceaux aux puissances étrangères ; jusqu'à nos clubs de foot ; et plombant l'économie des pays dits émergents. Tenez, sur ce dernier point, France deux abordait un des aspect dans son journal de 20 h hier soir. Un sujet dont j'ai déjà parlé sur Canal-Décharge il y a longtemps. Comment l'Europe tue les agriculteurs Africains ; ici Béninois ; avec nos exportations subventionnées. Dans ce sujet le poulet, mais il y en a d'autres...

clown scool avril 2017 10

06 avril 2017

Des bras se tendent, des poings se lèvent

CARTE_FRANCE_avril 5Je pue et je pète ; je rote aussi. Le bruit et l'odeur en somme. Chirac n'avait pas tord puisque les colorés et les « cassos » c'est du pareil au même pour la majorité de l'électorat de « saine » haine animé, qui aspire à une France persillée livrée clé en main par un sauveur providentiel ; fusse-t-il une héritière nous voilà sans moustache mais aux dents acérées.
Il ne vous restera plus qu'à m'expulser avec humanité et cœur ; en wagon à bestiau de préférence avec quelques autres ; à coups de hache. Une hache pour se fendre la poire, c'est l'idéal. On va pas en faire un fromage ; quoique...
Je vous vois vous vouer à des gourous providentiels, corps et âme, du moment qu'ils vous promettent de faire payer l'autre, pas vous mêmes, et vous servir le paradis sur terre en trois coups de cuiller à pot. Une nouvelle République ou des décrets vigoureux punissant celui que vous haïssez. Entre deux extrêmes ; toutes les nuances de vomi.

melenchon_le pen

Comme si quelqu'un pouvait tout changer sans tenir compte des multiples intérêts et synergies en action. Sauf à décréter et imposer par le moyens de nervis rebaptisées « forces de l'ordre » qui ne seront que celles de la raison d’État. De tout un peu pour faire un immonde. Flèche de tout bois.
La grenouille somnole dans son court-bouillon et s'endort. Le poids des chaînes s’alourdit chaque fois un peu plus. Pour quelques malheureuses victimes dans une patrie avec laquelle on vit dans un face à face sabre au clair on prends prétexte d'alourdir encore la politique du tous suspects au faciès. Parce qu'on ne peut fouiller tout le monde, cela se fera forcément au ressenti de l'apparence ; en fonctions d'éléments stéréotypés. Je doute fort qu'on fouille un monsieur en costard cravate par exemple, et blanc de peau, alors qu'un 7,65 ça se glisse dans une fouille discrètement et six ou 9 cartouches suffisent pour commettre un massacre sur ordre ou non... Et ordre de qui ? J'ai des doutes sur les commanditaires réels des massacres à répétition.
L'essentiel n'est pas de croire en une vie meilleure terrestre venue de l'extérieur mais de s'adapter à la réalité.
Ce que j'ai toujours fait. Surfer sur l'existant pour interférer dans le concret au profit de petites touches à conséquences immédiates. Par exemple quand j'étais investi dans le caritatif ; n'hésitant d'ailleurs pas à déborder de mon association pour des initiatives personnelles en mon nom propre. Quand par exemple, à la permanence, je détectais un cas d'impayé rejeté par le service social, et que j'allongeais le pognon de ma fouille. Quitte à envoyer chier le quidam la fois suivante s'il avait picolé le pognon au lieu de banquer ses factures.
C'était de la politique ! Ça ne remettait pas en cause la pauvreté, certes. Mais quelle politique a remis en cause la pauvreté ? Ne venez pas me parler du marxisme ! Il a généré ; comme les autres ; de telles misères, souffrances et famines, qu'il n'est absolument pas plus présentable qu'autre chose.
Éradiquer la pauvreté, totalement, générerait un carcan social où il n'y aurait plus de place même pour l'espérance, encore moins pour l'initiative. Cela nécessiterait une monnaie non thésaurisable dont chacun recevrait une part égale pour des biens et produits tous identiques. L'uniformité militaire, à côté, c'est de la haute fantaisie.
Mes actions écologiques de terrain, passées ou présentes ; je n'ai pas toujours agi tout à fait au même niveau suivant que j'étais organisé ou pas ; c'était aussi de la politique.
Tout ce qu'essaient de faire les politiciens, c'est, en assurant leur carrière, nous priver d'avantages qu'on a pour nous doter d'inconvénients qu'on n'a pas ; empêtrés qu'ils sont dans les fossiles du passé dont la note se présente aujourd'hui, d'autant plus pressante qu'on a bradé les forces internes aux puissances financières internationales.
Et ils essaient de vous faire croire que sur ce tas de débris on peut vivre comme dans cet autrefois mythifié de paix sociale et de prospérité. Des rêves. La paix sociale n'existe plus depuis... Depuis ? Quant à la prospérité ? Pour certains oui... Oh certes, il y eut des moments de moindres inégalités apparentes... Encore que... Comme on ne comptabilisait pas la misère avec autant de précision que maintenant ; où vous êtes toujours fliqué pour le moindre geste ; il est difficile de se rendre compte. J'avais pas dix ans quand j'ai vu « mon » premier miséreux ; perçu la haine à son encontre. Période réputée de plein emploi pourtant. Où déjà les nuages s'amoncelaient à l’horizon. On tablait sur l’acier et le charbon européen qui portait déjà sa mort en lui-même. Preuve que les politichiens sont toujours à la remorque des réalités, le patronat aussi d'ailleurs, portent en eux une part de la sclérose qui achève de nous détruire.
Les présentes élections, à condition qu'elles aient lieu, mais même, ne feront qu'embraser ce qui reste de combustible en vrac. C'est sur les cendres qu'il faudra construire quelque chose de neuf... Je suis trop abîmé pour y participer.

timbre semeuse france 3

J'essaie juste de survivre ; faute de pouvoir prendre congé ; dans une France timbrée et une Europe folle.
Des bras se tendent, des poings se lèvent ; impuissants parce qu'il n'y a pas de sauveur suprême possible sur le plancher des vaches réduites à l'état de rouages d'une machine folle. L'objectif de ceux qui veulent faire notre bonheur malgré nous est de nous affubler d'un costard mal taillé pour garantir le leur, assorti d'une Rolex.

lutte 4