06 août 2014

Confiteor

Le 6 août 1945 le "petit garçon" fils prométhéen du pentagramme chtonien transfigura l'aube du pays des kamis. Au nom de la paix ; cette utopie toujours à venir ; un pygargue d'acier ouvrant le portail d'une ère de terreur qui dure encore. On para l'opération des atours de la colombe pour justifier l'injustifiable. Le dernier pilote de l'aéroplane a rendu son âme à son maître il y a quelques jours, drapé dans sa bonne conscience vertueuse. Ses commanditaires ont bouffé les pissenlits par la racine depuis longtemps, eux,... [Lire la suite]

27 février 2013

Hommage à un invisible

Ses amis du Marché Alligre (Paris) ont transmis au collectif des morts de la rue avec qui je suis en liaison cette photo de Philippe Teillet (ou Tillet), Mort de la rue la semaine dernière et que j'ai retravaillée parce que je crois qu'il mérite une fleur et un hommage. Tellement invisible qu'on n'est même pas sûr de l'orthographe de son nom ; j'ai recopié collé les mots sur la page de l'association où j'ai déposé ces simples mots : «  Repose en paix camarade ; toutes mes condoléances fraternelles à ses compagnons de... [Lire la suite]
06 janvier 2013

Quelle étoile poursuivaient-ils vraiment ?

  Quelle étoile poursuivaient-ils les mages ? Rois ? Au risque de vexer les sionistes, il est démontré depuis longtemps que David ou Salomon, loin de l'image qu'on a de la monarchie à la manière d'un Louis XIV voire même d'un Louis XVI, ressemblaient davantage au grand-père de Mahomet bien plus tard. Il bouffa toute sa fortune pour la gloire et la dévotion d'un Dieu sans Nom qu'il chercha toute sa vie, en offrandes, affranchissements d'esclaves et charité. C'est pour cela que le prophète de l'Islam naquit pauvre, encore... [Lire la suite]
04 janvier 2013

Au nom du Néant

AVERTISSEMENT pour les cons : Ceci est une satire à ne pas prendre au premier degré, mais à regarder bien en face.   Au nom du néant universel ;Que son principe soit vénéré ;Que son anéantissement règneQue les volontés soit dissoute par l'ineptie et le fiel.Recevons aujourd'hui notre aberration quotidienne Que se déchaînent nos passions,comme nous incitons chacun à la décompositionEt ne tombons pas en tentation de réflexionDélivrons-nous de tout sens.Qu'il en soit ainsi.