09 octobre 2016

Amour

Narcisse se contemple le nombril à se demander s'il est bien, s'il est bon, s'il est zen... Ou branché, ou même enfilé... Il cherche à faire taire toute émotion pour trouver la paix croit-il, ou au contraire s'abîme en passions et débordements jouissifs. La tempête du monde manifestée dans le torrent de superficialité déracinée l'arrache à son terreau et le courant l'emporte vers des inconnus où il s'égare. Quand arrive le crépuscule il réalise que la seule émotion qui valait était l'amour. Pas la bagatelle dont on fait le pivot... [Lire la suite]

24 juillet 2014

Au nom des massacres

La minorité musulmane birmane est la cible depuis des mois de véritables pogroms en version « Sabra et Chatila » instigués par des moines bouddhistes extrémistes ; Gaza est sous les bombes israéliennes (et non pas « juives »), réponses à des pétards artisanaux de désespérés fanatisés et manipulés, en déclinaison « pour une dent toute la gueule » ; à Mossoul les chrétiens vivent un calvaire où les djihadistes de l'EI les appellent "à se convertir à l'islam, ou à payer une taxe spéciale ou, à... [Lire la suite]
05 décembre 2013

Crépuscule des dieux

On est tout petit et on a pour seule référence et repère le visage de sa maman comme une tache de lumière, rassurante et sécurisante sur fond des ténèbres angoissantes dans lesquelles on a débarqué dans la douleur. Souffrance partagée qu'aujourd'hui on écarte artificiellement et par la négation des liens sacrés de la nativité, et celle de l'imprégnation réciproque, mais c'est un autre débat. On est tout petit, on croit les grands , on s'imagine qu'ils savent tout et on suit aveuglément comme les oies de Lorenz, confiant. Les grands... [Lire la suite]
17 novembre 2013

Glauquitude

Glauquitude merdiatique en chébrantie. Lucifer conduit le troupeau vers de mornes pâturages où l'accessoire tient lieu d'essentiel tandis que sombre le radeau de la méduse. Il n'y aura pas de survivants. Jamais on n'a bâti sur du sable autre chose que des pâtés balayés à la prochaine marée.  Vous avez confondu l'ombre et la lumière, les visages changeants de la lune avec la claire lumière du soleil. Je me tenais sur le rivage, contemplant les flots déchainés mais je ne pouvais résister au ressac, cette conséquence du tumulte... [Lire la suite]
21 janvier 2013

Au temps de la bascule à Charlot

Il ne s'appelait pas Charles mais Louis et on faisait remonter ses origines au Duc Capet alors que la filiation  ne pouvait vraiment être assurée comme certaine que depuis Henri de Navarre l'amateur d'ail (comme moi). Il s'appelait Louis qui était une altération progressive du nom de son illustre ancêtre approximatif Clovis, germain dégrossi par les charmes d'une sainte chrétienne, qui piquait des colères quand on cassait un vase. On a raccourci Louis XVI par vengeance au nom d'un "idéal" qui n'a jamais vraiment tenu ses... [Lire la suite]