CENE 2017 3Voterait-il et comment voterait-il aujourd'hui, celui dont le christianisme célèbre ce qu'on appelle la « passion » ?
D'une scène d'adieu ; homme ou Dieu Jésus savait depuis le temps qu'il était traqué ; les évangiles rendent bien compte du nombre de fois où il fut exfiltré de justesse par ses copains et de sa terreur quelques heures avant son arrestation ; on a fait la Cène commémorée par tous ceux qui se réclament chrétiens. Ils y voient une portée théologique qui confine parfois à la magie mais n'analysent guère le fond des choses.
Lui qui défia, presque seul, tout un ordre corrompu établi ; spirituellement ET politiquement ; ce que généralement la majorité des chrétiens refusent de voir, pour le 2° aspect, tant ils sont confits dans la médiocritude d'un système que nous avons restauré dans toute sa vénalité, pour nombre d'entre eux. CHRIST était Révolutionnaire dans toutes ses dimensions. Jésus n'aurait jamais voté Le Pen, ni Fillon... C'est clair ??? Voire ni Macron ni Mélenchon je crois. Punir les pauvres et ouvrir la chasse aux "cassos", c'était pas trop son truc. Que vous le preniez pour un homme ou un Dieu. Je ne suis pas certain qu'il eût voté autrement que blanc d'ailleurs... Ou alors pour un de ceux que vous tenez pour minables, histoire de "rendre à César ce qui lui revient", comme il disait... Au deuxième tour s'il y en a un... J'écris ça le jeudi saint 2017 au matin... En ces temps de dèche ultime où l'abbé Rézina me sonne le glas, ou les épousailles contre nature avec Borniol, comme vous voudrez, que ce soit de maladie ou de misère, ou les deux conjuguées.

FRISE PAQUES_2Saint jeudi maudit où mon espérance se tient en équilibre au bord de la fosse commune où on va nous ensevelir. Chez nous, Marianne a la grippe et même un gros chou-fleur ; dans le monde où entre Syrie et Corée l'apéro des fossoyeurs est servi. L'invasion de la seconde est programmée. Y'a longtemps que je l'avais envisagée.
Marianne est malade et depuis quarante piges on emploie les même leviers d'épouvante pour conduire au gibet le mouton qui amène docilement au bourreau le couteau de son sacrifice. Tandis que la vraie victime reste la même, comme l'illustre si bien une image (ci-après) dénichée hier sur FB...

jetable

Rétrospective & perspectives...

1981, le FN émergeait autour de 2% dans le même mouchoir de poche que les Verts ou LO. Déjà je pris la mesure du danger et me bougeais sans écho. 1984... Stirbois, Dreux, député européen et je m'étrangle ; 1986 il entre à l'assemblée nationale et j'ai pleuré. Mon ex (oui, séparation 1 peu + tard, vécu 10 ans seul) ne comprenait pas mon chagrin, comme tout le monde d'ailleurs... Pour moi il y avait kkchose de malade au royaume de Marianne...
1997, il y a tout juste 20 ans, le 29 mars ; j'étais à Strasbourg avec 50 000 autres, contre le FN après une pétition qui équivalu à avoir pissé dans un violon.
A la même époque, j'ai dis au bureau du Groupe Écologique de Nemours que le FN serait au 2° tours... Ils se sont récriés. J'étais persuadé qu'il n'irait pas plus loin, que y'aurait une mobilisation sans précédent.. ; Mais ce que je ne disais pas, c'est que je commençais à comprendre qu'on s'était gourancé de stratégie.
2002, le piège s'est confirmé. La seule qui était lucide, c'était Arlette... Hé oui !
Nous sommes en 2017 et mon analyse se confirme : c'est bien beau de « faire barrage », mais ça ne résout pas le problème fondamental. Marianne est malade. Un cancer la ronge de l'intérieur. C'est les âmes et les cœurs qu'il faudrait guérir. Et je n'ai rien à proposer pour ça parce que la réponse ne peut être que collective. Le dégagisme n'est qu'un cautère sur jambe de bois.
Je voudrais tout de même souligner que pour gouverner, il faut non seulement un gouvernement, mais une assemblée. Et ça c'est pas gagné pour l'héritière choyée par les rancœurs. Mais pas perdu complètement non plus. Hélas.

 melenchon_le pen

En face, l'ami de Serge Dassault ; grand braconnier et condamné pour des bricoles par ailleurs ; en col Mao, va nous plonger dans le chaos par réaction massive contre la destruction apparente d'un système pourtant gangrené jusqu'à la moelle. De toute façon, lui aussi a mordu aux dérives abusives du favoritisme des copains et parents, entre autres détails.
Et puis, il y a d'autres urgences que de changer la République. Les urgences sociales déjà, que seuls Philippe Poutou, Florence Arthaud, Jean Lassalle, ont évoqué réellement, concrètement. Parler et faire sont deux choses différentes et les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.
Il y a l'urgence écologique, dont tout le monde se contrefiche dans cette élection. Juste à des cautères sur jambe de bois ; sauf mesures qui sont des mutations technologiques à vue courte mais ne desserrent pas le piège qui s'est refermé à l'échelle planétaire.
François Asselineau & Jacques Cheminade drainent leur lot d'illuminés et complotistes un rien craignos, quant à Dupont Aignan, je connais pas mais ça doit pas être bien brillant. NB : j'ai rien lu de lui pour être franc.
Macron ; l'instrument des banques et des médias ; n'est pas non plus la solution, qui draine dans ses fontes tout et son contraire avec une forte proportion de transhumanistes ; ces tenants d'une idéologie qui soigne la mort de l'humanité humaine.
Fillon, ça fait des semaines que je me suis exprimé... Quand on se recommande de Jésus Christ, on ne pique pas dans la caisse des copains et on ne puni pas les pauvres d'être pauvres. Il draine derrière lui quelques nostalgiques du GUD ou d'Occident, ce qui n'est pas très sain comme références. Ce n'est pas parce qu'il y eût une présence massive de l'Action Française dans la Résistance ; elle ne fut pas que communiste qui la rallièrent, sauf initiatives individuelles, qu'à la rupture du pacte germano-soviétique ; qu'il faut se fier à des robinets vert-de-grisés, qui d'ailleurs sont plus proches des moustaches enneigées que du sacrifice pour la patrie des francs tireurs.
Mon pronostic ? Je l'ai déjà dit : « Allô Papa Tango Charlie »... Nous avons cap vers le triangle des Bermudes. Marianne à bord du Titanic entame sa dernière valse... Il n'y a a pas assez de place pour tout le monde dans les canots et le capitaine quitte le navire en oubliant les femmes et les enfants...
Ramolli a choisi ma ville comme dernière visite hexagonale... C'est significatif...
Mon angoisse reste qu'il est plus difficile à un maquereau de bouffer une sardine qu'il prends pour une ablette qu'un merlu de sortir des égoûts. Je peux me gourancer itou, mézigue, tant je suis flippé ; ma situation comme ma santé n'arrangeant rien de ma sérénité. Je voterai comme aurait voté Jésus, contre mon pronostic, mais pour ce que je pense le moins pire. Pour vous, pas pour moi, pas pour nous. Parce que nous voyez vous, comme tant d'autres pauvres malheureux, nous avons peu de chances de survivre à cette élection bien longtemps ; le pays va tellement se déchirer, et le monde, et le sort des pauvres ne sera pas à envier. Il eût mieux valu ne pas être né. L'opinion générale est plombée par cette idée qu'il faut les punir ces salauds, ces fumiers, ces feignants, ces parasites à cause de qui tout va mal. Allogènes et indigènes confondus. L'idée utopique quoique généreuse, d'un revenu de base pour tous, défendue par Hamon, n'est pas réalisable dans une France en faillite, et la populace n'en veut pas qui rends le pauvre responsable de nos malheurs plutôt que s'en prendre à tous ces guignols qui nous saignent depuis des années, vendant le pays par morceaux aux puissances étrangères ; jusqu'à nos clubs de foot ; et plombant l'économie des pays dits émergents. Tenez, sur ce dernier point, France deux abordait un des aspect dans son journal de 20 h hier soir. Un sujet dont j'ai déjà parlé sur Canal-Décharge il y a longtemps. Comment l'Europe tue les agriculteurs Africains ; ici Béninois ; avec nos exportations subventionnées. Dans ce sujet le poulet, mais il y en a d'autres...

clown scool avril 2017 10