ABONDANCE CELESTE 2Notre civilisation a fondé d’immenses espoirs sur le “progrès” scientifique. Nous voilà capables de multiplier par dix millions notre taux de radioactivité, et de bidouiller des gènes de façon à modeler les générations futures. Mais nous ne savons pas au nom de quoi. Depuis longtemps nous n’agissons plus qu’au nom de la science et du profit que nous avons divinisés, pour prétendre agir en tant que maîtres et possesseurs de la nature.
On a érigé en dogme la consommation comme seul bonheur possible, ici et maintenant, vouant toute autre espérance au néant. Les alternatives elle-mêmes ne sont que des modes de consommation de niche confortables pour geignards bien pourvu de revenus mais mal dans leur peau dans une société polluée jusqu'au niveau de la pensée. L'inconscience est au pouvoir, prétendant tout régir, dans une fuite en avant vers le néant d'un univers pensé sans queue ni tête.
Le mépris matérialiste est à mille lieues de la sacralité toute d'humilité des peuples qu'on surnomme « premiers », avec un chouïa de condescendance, qui, eux, ne gaspillaient ni un bout de gras, ni un tendon ou un poil.
Beaucoup de gens de peu d'expérience intérieure et d'un zeste de science dont ils sont imbus, regardent les gens comme moi ; je ne suis pas tout seul ; qui ont regardé l'impossible au fond des mirettes ;comme des malades ou des imbéciles. Je l'ai évoqué il y a quelques jours sur ce blog même.
Et pourtant, au mitan de ce troupeau incohérent dont la seule finalité est de détruire ce qu'il a fallu des milliers de siècles pour construire ; il est des hommes, familiers d'expériences extrêmes, des hommes qui ont tutoyé l'infini apparent de l'Univers, ou l’évanescence de ses constituants particulaires, ou simplement de ses constituant naturels, amenés à s'interroger en conscience sur la nature de la réalité. Il y a bien sûr ceux qui pressentent un « dessein intelligent » à l'univers. On se dit souvent, dans la grande masse et les médias à la solde des holdings qui les sponsorisent et ont intérêt à maintenir le troupeau dans sa logique sans queue (enfin, si justement;-) ) ni tête, que ces gens gambergent, qu'ils ont pété un câble. Et Matthieu Ricard ? Vous connaissez ? Docteur en génétique cellulaire, auteur, photographe ; devenu moine bouddhiste d'obédience tibétaine, il a pété un câble peut-être ? Vous me rétorquerez, dans votre connaissance superficielle, que le bouddhisme est athée. C'est survoler de bien loin les choses. La science a depuis longtemps démontré que les mystiques chrétiens et bouddhistes, en prière profonde, atteignent au même état mental. Celui dont je viens de parler a d'ailleurs participé à ces recherches.

apollo

De rudes gaillards ; les astronautes des premiers sauts de puces dans l'espace, et tout particulièrement ceux qui sont allés faire caca sur la Lune, surentraînés physiquement ; tous anciens militaires, pilotes de chasse même ; ont pour nombre d'entre eux, sans préparation spirituelle ; parce que la psychologie ne suffit pas face à l'incommensurable ; assez mal vécu leur expérience intérieure induite par le voyage. Il y en a eu pour basculer dans l'alcoolisme même. Un autre est devenu pasteur et y'en a même un qui a échoué chez les dévots de Krishna. Ça prouve une grande interrogation, un grand vide qu'il fallait combler.
De nos jours on se contente, faute de moyens qui sont bouffés par la multiplications des guerres ; ce qui est quand même moins sympa que multiplier des pains, mais c'est tout ce qu'on sait faire ; de tournicoter autour de la Terre et d'y larguer quelques débris. Il n'empêche que le confort moral et spirituel leur est tout aussi indispensable.
Il y a celui qui a emmené avec lui une petite chouette en peluche offerte par sa fille... Pas spirituel ? En êtes-vous sûrs ? Il y a dans ce geste un lien affectif avec sa fille, et depuis longtemps, avant que la science ne fut pervertie par des idéologues voulant jeter aux orties les liens filiaux, il a été démontré il y a dans la parenté physique des attaches qui touchent à ce qu'on a de plus profond et sont indéfectibles. Matérialisé génétiquement il en est pas moins que le biologique n'est que la caisse de résonance de l'âme ; qu'on la conçoive matérielle ou immatérielle. Mais il y a plus flagrant encore ; cet astronaute, chrétien, qui emmène avec lui le saint sacrement.

Quand un astronaute emporte avec lui le Saint-Sacrement dans l’espace

Dans la station spatiale internationale (ISS) il y a un endroit encombré de matériel robotique, mais où les astronautes aiment à se réunir. La Coupole, c'est son nom, est un petit module muni de sept fenêtres de projection vers l'extérieur qui permettent aux membres de l'équipage de jouir d'une vue panoramiques de la Terre à couper le souffle.

http://fr.aleteia.org

Affaire de croyance perso direz vous. Sauf que, ce n'est pas une petite nature ce mec. Et tout instruit de science de l'univers qu'il soit ; tout dur à cuire qu'il soit ; tout amené à contempler l'infini qu'il soit ; il garde la foi en « autre chose ».
Dans cet ailleurs je ne nomme pas une religion en particulier puisque l'aspiration à la Lumière a toujours été universelle jusqu'à très récemment dans l'Histoire.

TROIS COCHONS 4

Des spiritualistes comme Ramdas par exemple ont dépassé leurs propres bases pour affirmer que Jésus et Bouddha aussi bien que Krishna auraient pu communier à la même coupe. Les Soufis, ceux d'origine, soutiennent que même Mahomet aurait pu se joindre aux agapes.
Mais pour cela il faut ouvrir son cœur, faire table rase des constructions mentale, des échafaudages artificiels, et voir que « Dieu » c'est comme le vent : si tu le fous en boîte, tu t'apercevra bien vite qu'il a disparu pour ne laisser que du vide. Et quand il souffle en tempête, un palais somptueux n'est pas plus apte à y résister que la maison en paille des petits cochons... Réelle (concrète) ou projection de notre conscience profonde ; quoique j'ai vu concrètement des réalités qui dépassent le cadre du matérialisme ; ça met en relief le vide absurde du monde moderne où tant de gens, qui affichent un optimisme apparent, sombrent dans la subordination à des paradis artificiels, légaux ou non, comme une fuite devant le néant pour "se sentir bien".

étincellance