VITRAIL_horloge_3Regard ? Réflexion ? Perception ? L'univers est replis spatio-temporel, traversé par l'Esprit, de quelque-chose de bien  plus vaste. Une tête d'épingle à laquelle la conscience qui le transcende donne profondeur et épaisseur où le temps est un dégât collatéral de l'entropie née de la chute. Il y a 2000 ans celui qui avait dépassé le mur de la Lumière qui l'avait adombrée ne pouvait expliquer cela à des peuples illettrés pour la majorité et dont les préoccupations essentielles se limitaient aux réalisations immédiatement perceptible et à gémir après les chaînes imposées. Ses frères et disciples traduisent bien cet embarras dans la rédaction de ce qui leur apparaît une "fin" et "l'ascension" est allégorique, à ne surtout pas lire comme on l'a trop souvent fait où ça donne l'impression que ce jour là le barbu inventa la montgolfière avant l'heure. Il faut plutôt y voir ce sentiment exprimé comme on dit "tel philosophe s'élève par sa pensée au dessus de la masse"... Et aussi l'incompréhensssion de la matérialité des faits. "On le croyait mort et le voilà qui se manifeste avant que de disparaître pour de bon". Sauf que si on regarde bien, ce temps de présence post-mortem correspond trait pour trait à celui pendant lequel nos disparus sont perceptibles par les sensitifs extra-sensoriels ; au delà de ça vous entrez dans le spiritisme dont il faut se méfier parce que l'être n'étant pas sur Terre, n'importe quelle chimère en prends la place et vous tourne en bourrique mais surtout vous détourne de cette lune que nous montrait le Maître : le retour à la Source de l'âme et son resplendissement en compassion  sur le chemin de son ascension/élévation justement. On a présenté l'injonction "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" comme un diktat de politburo alors que c'est un état à atteindre que procure le pèlerinage intérieur initié par le Guide. Et c'est une aide sur le chemin aux initiateurs de cette voie qu'est venue apporter la Pentecôte. Au delà d'une description passablement allégorique on y trouve l'exacte antithèse de ce qu'en on fait nombre de Chrétiens par péché d'orgueil et d'égoïsme. On voit réuni en un même lieux, dans une même communion :«il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. 2.6 Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. 2.7 Ils étaient tous dans l'étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres: Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens? 2.8 Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle? 2.9 Parthes, Mèdes, Élamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l'Asie, 2.10 la Phrygie, la Pamphylie, l'Égypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes, 2.11 Crétois et Arabes,...»(Actes  2 : 5 et suivants)
Si vous lisez bien c'est l'anti-racisme par excellence ! Le mélange ethnique le plus complet et universel à la mesure du monde communément connu du temps où on se tourne tous ensemble vers l'Unité.
Cette promesse visait cependant bien au delà de notre vallée de misère où régnait et règne toujours la division. Parmi d'autres citations qui en atteste celle-ci : «Jésus répondit : Mon royaume n’est pas de ce monde... mon royaume n’est pas d’ici» (Jean 18:36). Il visait un "ailleurs", un au-delà de la conscience terre-à-terre, de l'immédiatement perceptible. Un autre état de l'être. C'est cela même qu'essayaient d'atteindre les alchimistes par un autre chemin, tout de dévotion et renoncement lui-aussi ; et non pas "faire de l'or", pur "dégât" collatéral de l'oeuvre qui fut le but des égarés sur le chemin de la cupidité et qu'on pourraient qualifier de mages noirs.
Plusieurs siècles plus tard, Mahomet qui avait été nourri aux Évangiles apocryphes, estima qu'il vallait mieux unir les hommes sous une seule Loi dès le monde terrestre. Héritier d'un grand-Père qui avait vénéré ce que les païens appelaient "le dieu inconnu" et, dépassant toute mesure, qui y avait bouffé toute sa fortune, il était roi local, en particulier en charité, comme par exemple acheter des esclaves pour les libérer, ou nourrir des miséreux, le prophète était empli d'interrogation mystique lui qui débarquait dans un monde extrêmement divisé. La Mecque n'était elle-même pas une ville unie. Chaque clan avait son roi, divisant la cité en une multitude de micro-états qui gravitaient autour de la Kaaba où chacun faisait sa petite cuisine, et le sectateur d'un culte devait payer une foultitude de droits de passage avant d'atteindre le lieu où se rendaient tous les cultes. Il y réussi dans un premier temps, mais à peine refroidi le pauvre ; son enlêvement relève lui aussi de l'imagerie pédagogique, ce qui n'altère en rien que son âme soit entrrée au "Royaume" comme Jésus sur un autre plan ; ses disciples s'entre-déchirèrent (comme le firent ceux du Christ), et ça dure encore de nos jours.
Parce que l'oeuvre de l'homme est ainsi faite qu'elle est sable qui file entre les doigts et promise à désintégration. Les athées n'ont pas fait mieux... Nos révolutionnaires (1789 et suivantes) qui s'entre-guillotinèrent les uns les autres joyeusement. Trotsky qui trahis Makhno avant d'être trahis par Staline qui "purgea" tout l'appareil des compagnons de la première heure etc...
Le problème est que tant que l'on s'entredéchirait à l'épée, voire au fusil chassepot, les conséquences pour notre Terre et l'humanité se soldaient par des destructions que le temps effaçaient si ce n'est le deuil et la douleur et la rancoeur... Le serpent infernal se mordait la queue mais la Terre, la vie n'étaient pas menacés.

ROSE_devote1

Les croyants devraient comprendre le message de Jésus selon lequel Dieu s'adresse à Tous n'importe sa secte ou son origine et que si l'homme, propose, en emberlificotant au maximum pour se parer de la supériorité du paon, c'est Dieu qui dispose. Les athées devraient aussi regarder l'humanité comme UNE et indivisible, inséparable de la Terre où elle est née. Il est tard à l'horloge du Karma comme je le dis si souvent, et nous devrions entendre la parole du pasteur : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.» (Martin Luther-King).
C'est ce message qu'essaie de faire passer François ce soir en réunissant en une prière commune les leaders Palestinien et Israélien. Que dans cet instant de paix comme un îlot dans la tempête soit source de réflexion salutaire, et s'il aboutit, servir d'exemple au reste du monde. Je suis de tout coeur avec lui ! De toute âme. Mais, il est tant de langues de vipères qui souhaitent l'échec tant leur conception de l'harmonie et de la paix, consiste à faire rentrer dans la gorge à tous les autres ce qui n'est pas leur formalisme absolu ; quitte à contredire ce qu'ils ont défendu la veille pour continuer et perpétuer la destruction de ceux qu'ils tiennent pour pestiférés à priori.

AFFICHE ECOLO

Hélas, au stade d'évolution  technologique où nous sommes, persister dans cette stupidité nous conduit droit à l'auto-extermination. J'ose néanmoins espérer une aube nouvelle... Peut-être ailleurs... Nous sommes dans une démarche de destruction massive, non seulement sur le plan humain, mais aussi écologique, comme je le souligne localement sur mon autre blog, et comme l'écrivait un de mes contacts récemment : "L'avidité toxique a contaminée la société humaine.L' environnement est tout simplement la manifestation de l'écologie du mental ..." Citant ensuite :
«La production industrielle des choses nécessaires à la vie occupe une place de première importance dans l’âge de Kali, l’âge des machines, marquant ainsi le stade le plus sombre de ces ténèbres. Si de telles entreprises industrielles se rangent sous le signe de l’ignorance, c’est qu’en réalité aucun des produits fabriqués n’est indispensable.». – Srimad Bhagavatam 2.5.30 -
François se veut à contre-courant, frein à la course à l'abime... C'est cela aussi la Pentecôte. Ce devrait être cela d'abord ! Peu importe que l'inspiration de base soit allégorique, littérale, ou légendaire. Disputer de cela c'est faire mal au mouches à sec et sans compassion aucune et manquer ce qui devrait être le but de l'humanité, dans l'Esprit. Mais il est bien tard à l'horloge du karma... Et nous sommes tous coupables ; tous pêcheurs en somme. Je le déplore pour ceux qui resteront puisque moi, je ne suis que de passage, éphémère et déjà au bout de ma route. Bientôt je rendrais compte... Ça va pas être beau *;) Clin d’œil.

omega