arbre_lumiere
Joyeuses Pâques

oeuf-paques-2

"Mon royaume n'est pas de ce monde, répondit Jésus. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs; mais maintenant mon royaume n'est point d'ici-bas."Jean 18:36. Ca n'a plus grand sens pour vous tout ça, qui ne voyez en cette occasion qu'une poignée d'oeufs en chocolat. Vous rêvez d'autres mondes inaccessibles matériels et de consommer à satiété. Le monde est ainsi qu'il prend les vessies pour des lanternes et les lanternes pour des phares.
Pour les croyants c'est encore un passage commémoratif mais je me demande jusqu'où le sens leur échappe. Ce monde est un pâle reflet d'une partie de la réalité. Il est une vision que je n'arrive pas à transcrire où la sphère de l'Univers n'est pas aussi immense qu'on nous le fait croire. Les images qu'on nous jette en pâture sont des fossiles au-delà de l'horizon courbe du temps et ce que l'on voit n'est plus depuis longtemps. Les années lumières ne sont pas des distances, mais des durées. Ce n'est pas la même chose. C'est la brute qui cassait des cailloux pour faire du feu qui est contemporaine de Kepler186f, par exemple, pas nous.
Savoir cela fait rêver certes les imaginations enflammées, mais ne met guère de soupe dans l'assiette. Pas plus que d'être joyeux à Pâques ou à la Trinité, sauf si cela amène à réfléchir sur la condition humaine vers plus de partage et de solidarité.
Le problème est que, étant dans la merde, j'ai vu que ce sont souvent les moins aisés qui se sacrifient quand un de leur pote s'y trouve. C'est le cas avec nous, et je crois que notre affaire est assez représentative. Ne parlons pas des "pas potes" ; là y'a carrément plus que des vedettes qui exploitent la chose pour se faire mousser. L'article que j'ai mis en lien est même révélateur d'une intention initiale. Mais je sais bien d'autres choses ; sur les salaires et avantages de responsables d'institutions caritatives par exemple. J'ai eu les preuves sous les yeux, y compris d'organisations confessionnelles. Ce qui grince relativement aux textes fondateurs : «Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare: ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le secret: il te le revaudraMt 6,1-6.16-18 Avouez que c'est pas tout à fait ce qu'on voit *;) Clin d’œil. Vous me direz "si on faisait pas comme ça, personne n'en parlerait "..; Sans doute, mais cela voudrait dire qu'on n'aurait pas besoin d'en parler parce que nous aurions été capables de construire un monde où ce ne serait pas nécessaire. « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins »,  Louis Blanc. On en est loin. A mon avis ça n'arrivera jamais. Non seulement la pensée raciste reprend du poil de la bête mais la discrimination sociale s'agrave au sein même des communautés, et de la notre en particulier. Comme dans la Rome antique à la veille de son implosion, on ne sait plus quoi faire des esclaves à part les parquer et leur jeter des rogatons. On y voit une menace et la lie de nos dorures. Je suis de cette lie et je résiste à votre mise en cage... Quitte à me sacrifier sur l'autel de la résistance. Ce qui pourrait bien arriver dans pas longtemps. C'est sans importance au regard de ce qu'il faudrait pour qu'il y ait enfin un printemps pour tous les affamés. Belle utopie. Je préfère ne plus rêver. A quelqu'un qui me chapitrait relativement à "l'optimisme" cette idiotie à la mode ; j'ai répondu que les hôpitaux sont pleins de gens sous tranquillisants pour cause de dépression parce que justement ils ont été optimistes et que leur entreprise s'est cassée la gueule. "Entreprise" entendu au sens large. Un exemple concret : Je me souviens de l'optimisme qui m'animait lorsque j'ai voulu postuler pour entrer dans les bibliothèques. J'avais le concours en poche, mais dans la mesure où ça dépend de la fonction publique territoriale c'était à moi de dénicher mon poste, comme un emploi dans le privé pareillement. Le sésame n'étant valable que deux ans, j'ai tout mis en œuvre pour écumer les bibliothèques de l'Hexagone. Par courrier près de 600 bafouilles et CV. Par sollicitation directe aussi. Je me suis offert près d'une cinquantaine de voyages à travers le pays en 2 piges. Résultat maccache, et ruiné. Je me suis retrouvé au bout du parcours sans rien, même plus d'alloc chômage. Je vous dis pas la déprime et les larmes. Longeant la Seine et à deux doigts de m'y jeter quand j'ai trouvé (oui, touvé, c'était à Melun) un billet gagnant de Tac-o-Tac... Avec ça j'ai repris le mors, survécu deux mois en mangeant du riz à l'eau tous les jours et recollé à l'interim où je me suis retrouvé balayeur de chiottes. Alors votre optimisme vous pouvez vous le coller au cul. Ce n'est pas l'optimisme qui nous sortira de la merde, c'est la ténacité ou la chance, comme autrefois, à cette putain de différence que la santé et le contexte social sont bien plus envenimés.
C'est là que je voulais en venir : Pâques ce n'est pas de "l'optimisme", c'est une "espérance" qui est tout autre chose. Cette espérance repose sur la foi. Et si vous n'avez pas la foi, ben vous ne pigerez jamais le sens de l'évènement. Ensuite, ça relève de l'expérience intérieure et toutes vos railleries n'ôteront jamais le vécu à quelqu'un qui l'a expérimenté.


Joyeuses Pâques

triangle_equo2b